Climat : « Arrêtez de vous leurrer »… Des militants font irruption à l’assemblée générale de Shell

« Arrêtez de vous leurrer en disant que vous ne faites aucun mal », ont scandé des militants en faisant irruption à l’assemblée générale du groupe Shell sur sa stratégie climat. « Pensez à vos enfants et à votre famille. Ils n’échapperont pas aux effets de l’urgence climatique », ont-ils encore crié devant le conseil d’administration.

Dépassé au début de la réunion par des militants qui chantaient et apostrophaient les actionnaires, le président du Conseil d’administration Andrew Mackenzie avait dû suspendre l’assemblée générale pendant environ deux heures en attendant l’arrivée de la police et l’expulsion des protestataires. « Je regrette cela profondément » a déclaré le président du conseil d’administration Andrew Mackenzie, qui avait en vain appelé les manifestants à attendre la discussion sur le plan de transition climatique du groupe pour s’exprimer dans le calme.

Les investisseurs aussi taclent Shell

Environ 80 militants participaient à cette action, a indiqué Money Rebellion (Extinction Rebellion), qui avait annoncé son intention de manifester avec d’autres organisations écologistes pour dénoncer l’inaction climatique de la « major » pétrolière, après avoir perturbé ces dernières semaines les AG des banques HSBC, Barclays et Standard Chartered.

Lorsque l’assemblée générale a pu reprendre, ce sont cette fois des actionnaires institutionnels qui se sont relayés pour mettre le climat au cœur des questions au conseil d’administration. Malgré un plan d’actions visant la neutralité carbone en 2050, « vous prévoyez toujours d’augmenter les émissions », et les mesures visées « ne sont tout simplement pas suffisantes » pour atteindre les objectifs de l’accord de Paris, a ainsi taclé un investisseur. Si Shell a été « l’une des premières entreprises du secteur » à donner leur mot à dire sur le climat aux actionnaires, « il faut des actions immédiates bien plus importantes », a renchéri une autre actionnaire.

Shell se défend

« Je crois que nous avons déjà considérablement réinventé l’entreprise », a rétorqué le directeur général Ben van Beurden. « Nous pensons que notre stratégie et l’objectif que nous nous sommes fixé sont bien conformes à l’accord de Paris », qui vise à limiter le réchauffement de la planète à +1,5°C par rapport à l’ère pré-industrielle.

Les actionnaires ont malgré tout approuvé à 80 % la stratégie climatique de Shell et rejeté une autre résolution climatique, émanant cette fois d’actionnaires et appelant notamment Shell à « rendre compte » de ses progrès au moins une fois par an.