Cinquante-neuf Rohingyas, sans doute abandonnés par leurs passeurs, découverts sur une île thaïlandaise

Sans doute abandonnés par des trafiquants en route vers la Malaisie, cinquante-neuf Rohingyas, dont cinq enfants, ont été découverts sur une île thaïlandaise, a déclaré ce dimanche un officier de la police.

Le groupe a été découvert samedi sur l’île de Koh Dong, dans la province méridionale de Satun, a déclaré le lieutenant général Surachet Hakpan.

Persécutés en Birmanie

Chaque année, des milliers de Rohingyas, minorité majoritairement musulmane, fortement persécutés en Birmanie, pays à majorité bouddhiste, risquent leur vie dans des voyages coûteux de plusieurs mois pour atteindre la Malaisie en passant par les mers de Thaïlande. La police a indiqué qu’ils avaient été inculpés d’entrée illégale sur le territoire et qu’ils pourraient être expulsés vers la Birmanie à l’issue d’une procédure judiciaire.

« Nous apportons une aide humanitaire et nous allons enquêter pour savoir s’ils sont victimes de traite des êtres humains ou s’ils sont entrés illégalement », a déclaré Surachet Hakpan. Le groupe semblait « affamé et n’avait probablement rien mangé depuis trois à cinq jours », selon un communiqué de la police.

Deux embarcations arrêtées

Les membres du groupe ont déclaré aux agents que leur bateau faisait partie de trois embarcations transportant 178 personnes qui avaient quitté la Birmanie et le Bangladesh, après avoir payé un agent environ 5.000 ringgit (1.200 dollars) pour le voyage. Les deux premiers bateaux transportant 119 personnes ont été arrêtés par les autorités malaisiennes, selon le communiqué de la police thaïlandaise.

L’équipage du bateau a alors décidé d’abandonner les personnes à bord sur l’île de Koh Dong, leur disant qu’ils avaient atteint la Malaisie, a indiqué le groupe aux policiers. Cet incident survient après la découverte, le mois dernier, des corps de 14 Rohingyas, dont des enfants, échoués sur une plage après avoir tenté de fuir la Birmanie. Des centaines de milliers de Rohingyas ont fui une répression militaire dans ce pays en 2017, apportant avec eux des histoires poignantes de meurtres, de viols et d’incendies criminels.

La Malaisie, à majorité musulmane, est une destination clé pour les Rohingyas qui fuient les persécutions en Birmanie ou les camps de réfugiés au Bangladesh.