Cinq nouvelles mises en examen pour un trafic de cocaïne entre les Antilles et Strasbourg

Et cinq de plus… Cinq suspects déjà placés en garde à vue en Guadeloupe, ont été mis en examen à Paris jeudi dans le cadre d’une enquête sur un trafic de cocaïne entre les Antilles et Strasbourg. Ces nouvelles mises en examens portent à dix le nombre de suspects dans ce dossier.

Présentées à un juge d’instruction parisien jeudi, elles ont été mises en examen notamment pour importation de stupéfiants en bande organisée, association de malfaiteurs et blanchiment, selon la même source. Deux d’entre elles ont également été mises en examen pour des infractions à la législation sur les armes. Quatre ont été placées en détention provisoire et la dernière a demandé un débat différé devant le juge des libertés et de la détention.

334 kg de cocaïne, 800.000 euros et des voitures de luxe saisis

Pour rappel, cinq autres suspects avaient déjà été mis en examen et placés en détention provisoire lundi dernier. Au fil des investigations, lancées en mai 2021, les enquêteurs ont pu retracer le parcours du trafic de cocaïne, des Antilles françaises, en passant par Le Havre où arrivaient les conteneurs, jusqu’aux dealers de Strasbourg.

C’est en suivant une cargaison de ce réseau du Havre à la capitale Alsacienne que la police a interpellé neuf personnes en train de décharger la marchandise à Strasbourg. Depuis, de nombreuses perquisitions ont été réalisées, permettant la saisie de « 334 kg de cocaïne, 750 à 800.000 euros, une dizaine de véhicules de luxe et des bijoux de marque », avait indiqué Lola Menahem, cheffe de la division judiciaire de l’Office anti-stupéfiants (Ofast), chargé des investigations.