Cinq morceaux pour (re)découvrir Philippe Zdar, pionnier de la French Touch

Philippe Zdar faisait partie du duo français Cassius. — JOEL SAGET / AFP

Moitié du duo Cassius, avec Hubert Blanc-Francard, Philippe Zdar est mort accidentellement d’une chute d’un immeuble parisien dans la soirée de mercredi, a annoncé son agent Sébastien Farran à l’AFP. Pionnier de la French Touch, mais peu connu du grand public, le musicien de 52 ans a apporté sa « patte », en tant qu’ingénieur du son ou producteur, aux plus grands morceaux de ces dernières années. Retour en musique sur sa carrière extrêmement prolifique.

MC Solaar, Bouge de là (1990)

Fils d’hôteliers d’Aix-les-Bains (Savoie), Philippe Zdar, de son vrai nom Cerboneschi, débarque à la fin des années 80 à Paris « avec trois slips en poche », comme il le racontait avec humour en 2011 à Brain Magazine. Il rêve de bosser dans la musique après avoir vu une photo d’Eurythmics dans un studio d’enregistrement. Sa rencontre avec les ingénieurs du son Dominique Blanc-Francard et Jean-Philippe Bonichon le lance dans le milieu. Il se met alors à travailler avec des artistes aussi différents que Gainsbourg, Etienne Daho et… MC Solaar. Avec le fils d’un de ses mentors, Hubert Blanc-Francard, il mixe le premier tube du rappeur français, Bouge de là. Succès immédiat.

Phoenix, 1901 (2009)

Avec son acolyte Hubert « Boom Bass » Blanc-Francard, Philippe Zdar va ensuite signer trois opus sous le nom de Cassius (1999, Au Rêve et 15 Again) entre la fin des années 90 et le milieu des années 2000, explorant différents genres musicaux, de la house au rock. Mais c’est sans conteste son travail sur le quatrième album studio du groupe français Phoenix, Wolfgang Amadeus Phoenix, qui lui permet de devenir l’un des producteurs les plus courtisés au monde. Il obtiendra même un Grammy Awards en 2010 pour son travail de mixage et de production sur cet opus, acclamé par la critique et le public.

Cassius, I Love U So (2010)

En parallèle de ses activités de production, Philippe Zdar ne lâche pas Cassius qui sort un EP de six titres, The Rawkers, sur le label Ed Banger de son ami Pedro Winter. Ce mini-album contient LE morceau qui marque l’électro de ce début d’année 2010 : I Love You So. Bombe musicale entêtante, le titre sera samplé par Jay-Z et Kanye West en 2011 sur leur chanson Why I Love You, extraite de leur album commun Watch The Throne.

Cat Power, Ruin (2012)

Depuis son studio Motorbass, Philippe Zdar multiplie les collaborations, que ce soit avec The Rapture, les Beastie Boys, Sébastien Tellier ou encore Lou Doillon. Le Français se permet même de refuser la proposition du management de Madonna de travailler avec elle. Il est celui qui, en 2012, aidera la chanteuse Cat Power à sortir son neuvième album Sun, son premier opus entièrement composé de chansons originales depuis The Greatest en 2006. Un album pop et lumineux qui tranche avec le reste de la discographie de l’Américaine.

Hot Chip, Melody of Love (2019)/Cassius, Don’t Let Me Be (2019)

En 2019, l’ombre de Philippe Zdar planait toujours sur le monde de la musique jusqu’à encore très récemment… Par un mystérieux concours de circonstances, son nom devrait fortement résonner ce vendredi, étant donné qu’il se retrouve derrière la sortie de deux albums. Le cinquième de Cassius, DREEMS, récemment porté par le morceau Don’t Let Me Be. Et le septième des Londoniens de Hot Chip, A Bath Full Of Ectasy, qu’il a produit. Le groupe l’avait décrit comme « un passionné » dans une récente interview pour Vice I-D. Un adjectif certes galvaudé mais qui le résume sûrement à la perfection.

Culture

VIDEO. Philippe «Zdar», membre du duo électro Cassius, est mort

Phoenix et David Guetta honorés aux Grammy Awards

5 partages