Cinq infos dans le rétro : Reprise (temporaire) du trafic ferroviaire, manif anti PMA et officialisation du « Megxit »

Un agent de la RATP gère les flux de voyageurs à la station Châtelet. — Lionel BONAVENTURE / AFP

Vous n’avez pas eu le temps de suivre les infos ce week-end ? Pas de panique. 20 Minutes vous a concocté une petite séance de rattrapage. Bon dimanche soir !

Après 45 jours de grève, le trafic devrait revenir à la normale lundi sur 12 lignes du métro. Après 45 jours de grève, le trafic devrait revenir à la normale lundi sur 12 lignes du métro. – ROMUALD MEIGNEUX/SIPA

Le trafic SNCF sera quasiment normal lundi à l’exception des Intercités et Transiliens (8 trains sur 10). Au 47e jour de la mobilisation contre la réforme des retraites, la RATP prévoit, elle aussi, « un trafic en très nette amélioration sur l’ensemble de son réseau par rapport aux jours ouvrables des semaines précédentes ». Seules les lignes 3, 4, 5, 12 et 13 seront perturbées.

Dans un communiqué diffusé samedi, l’Unsa, premier syndicat de la RATP, avait indiqué que les conducteurs du métro, dans une majorité d’assemblées générales, s’étaient prononcés pour une « suspension » de la grève, afin de reprendre des forces, sans pour autant appeler à une fin du mouvement.

A la SNCF également, la grève « est loin d’être finie », a assuré ce dimanche Cédric Robert, porte-parole de la CGT-Cheminots, qui annonce un « retour significatif des grévistes » pour vendredi, jour de la présentation du projet de loi retraites en Conseil des ministres.

À Paris, le 19 janvier 2020. À Paris, le 19 janvier 2020. – CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

A l’avant-veille de l’examen au Sénat du projet de loi bioéthique, dont l’ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA) aux lesbiennes et femmes célibataires est la mesure-phare, environ 26.000 opposants au texte ont défilé à Paris ce dimanche à l’appel du collectif « Marchons Enfants ! », qui réunit 22 associations dont la Manif pour tous, selon un comptage du cabinet Occurrence pour un collectif de médias dont 20 Minutes.

C’est presque trois fois moins que lors du précédent rassemblement, le 6 octobre, qui avait réuni 74.500 personnes dans les rues de la capitale avant le vote du texte par l’Assemblée nationale, selon le comptage de ce cabinet indépendant.

L'avocat de Taha Bouhafs, Arié Alimi L’avocat de Taha Bouhafs, Arié Alimi – GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Le journaliste Taha Bouhafs, interpellé vendredi après la manifestation qui a perturbé une sortie au théâtre des Bouffes du Nord d’Emmanuel Macron, est ressorti libre samedi soir sans être mis en examen mais a été placé sous le statut de témoin assisté, intermédiaire entre la mise en examen et le statut de témoin simple.

« Ce qui est important à retenir c’est que la juge d’instruction a rejeté les demandes du parquet parce qu’il n’y a absolument aucun indice grave et concordant des faits mettant en cause Taha Bouhafs. La seule chose qui existe dans ce dossier, c’est le tweet et quand vous lisez le tweet, c’est une information sur la présence du président de la République au théâtre des Bouffes du Nord, d’une part, et d’autre part, une information sur les appels à manifester qui circulaient déjà sur les réseaux sociaux. Donc le GSPR (Groupe de sécurité de la présidence de la République) a menti dans son communiqué de presse en prétendant que Taha Bouhafs avait appelé à manifester », a expliqué à 20 Minutes  son avocat maitre Arié Alimi, précisant qu’il avait porté plainte dès vendredi pour « pour faux et usage de faux ». « Maintenant qu’on sait ce qu’il s’est vraiment passé, la plainte va changer de qualification lundi matin, c’est une plainte contre X pour dénonciation calomnieuse », a-t-il ajouté.

La capitale allemande est sur les dents avant la conférence internationale. La capitale allemande est sur les dents avant la conférence internationale. – KAY NIETFELD / DPA / AFP

Les dirigeants des principaux pays impliqués dans le conflit qui déchire la Libye se réunissaient à Berlin ce dimanche pour tenter de relancer le processus de paix, et d’éviter que la guerre civile ne le transforme en « deuxième Syrie ». L’objectif principal de ce sommet sous l’égide de l’ONU, qui doit se terminer tard le soir, est de mettre fin aux interférences étrangères multiples dans cet état où le conflit se nourrit d’appétits autour de ses importantes réserves en pétrole, de rivalités politiques régionales et de jeux d’influence.

Nouvel épisode dans le feuilleton du « Megxit ». Dix jours après la décision choc de Harry et Meghan renoncer à leur rôle de premier plan au sein de la famille royale, Buckingham Palace a précisé ce samedi les détails de ce retrait : « Le duc et la duchesse de Sussex n’utiliseront plus leur titre d’altesses royales étant donné qu’ils ne sont plus des membres actifs de la famille royale », précise le palais. « Ils ne rempliront plus d’obligations royales » et « ne peuvent plus formellement représenter la reine », ajoute le texte. Ils garderont toutefois leur titre de duc et duchesse de Sussex.

Dans une déclaration personnelle, la reine s’est félicitée qu’« une solution constructive pour [s]on petit-fils et sa famille » ait été trouvée « après plusieurs mois de discussions ». « Harry, Meghan et Archie resteront des membres très chers de ma famille », souligne-t-elle.

Pour leur part, le couple renonce à son allocation royale et devra rembourser certaines dépenses publiques dont il a bénéficié, notamment les 2 millions de livres (2,3 millions d’euros) employés pour rénover le Frogmore Cottage à Windsor, son lieu de résidence au Royaume-Uni.

Société

Mohammed Moussaoui élu nouveau président du CFCM

Sport

Dakar 2020 :« Etre à l’arrivée aurait déjà été une victoire, alors, faire cette performance face à des pilotes officiels, on peut parler d’exploit », confie le Lillois Axel Allétru

6 partages