Chirurgien accusé de pédophilie à Jonzac: «Joël est habité par le diable», témoigne l’ex-femme du docteur Le Scouarnec

Illustration de la cour d’assises d’Ille-et-Vilaine, à Rennes. — C. Allain / APEI / 20 Minutes

Elle assure n’avoir rien vu, rien soupçonné. Mais depuis que l’affaire a éclaté, elle vit « un cauchemar ». L’ex-femme du docteur Joël Le Scouarnec s’est confiée dans une longue interview accordée au Télégramme. Cette dernière y explique avoir vécu avec le chirurgien de 1974 à 2004, année de leur séparation. Une période pendant laquelle le chirurgien aurait agressé sexuellement et violé des dizaines, voire des centaines d’enfants dans le Finistère, en Loire-Atlantique mais surtout dans le Morbihan, où il a longtemps exercé. Selon les enquêteurs, 250 victimes potentielles ont été recensées en Bretagne mais aussi en Charente-Maritime, le docteur ayant exercé à Jonzac ces dernières années.

« Joël est habité par le diable. Pendant une trentaine d’années, j’ai vécu à ses côtés. Et je ne me suis douté de rien. A mes yeux, c’est un grand pervers », explique son ex-femme. Les carnets retrouvés chez ce chirurgien âgé de 68 ans semblent confirmer ses propos. A l’intérieur de ces répertoires appelés « vulvette et quéquette », les enquêteurs ont retrouvé 200 noms de mineurs évoquant des faits précis. « On remonte jusqu’aux années 1990 », avait expliqué maître Francesca Satta, avocate d’une fillette de 5 ans qui avait mis en cause le chirurgien. « C’est quelqu’un qui est extrêmement pervers, qui n’a pas de repentance par rapport aux actes qu’il a commis », avait ajouté l’avocate.

Incarcéré depuis 2017, le docteur Le Scouarnec échange parfois avec son ex-femme par téléphone. « A mon avis, il est satisfait d’être emprisonné. Comme soulagé que tout cela se soit arrêté », confie-t-elle au Télégramme. Joël Le Scouarnec a eu trois garçons avec sa première femme, avec qui il a vécu pendant près de trente ans. « Je ne sais pas comment il faisait, mais on ne voyait rien ». Une version partiellement démentie par le dossier d’enquête. La sœur de son épouse l’avait alertée sur des faits commis sur ses nièces. « C’était l’omerta », explique l’avocate.

Un premier procès au printemps

En mars 2020, Joël Le Scouarnec sera jugé à Saintes pour des viols et agressions sexuelles sur deux de ses nièces, une autre fillette et une petite voisine, par laquelle l’affaire a été relancée en 2017. L’enquête concernant les autres victimes a été confiée au parquet de Lorient. Le docteur avait déjà été condamné en 2004 à quatre mois de prison avec sursis pour détention et importation de l’image d’un mineur présentant un caractère pornographique. Mais avait continué à exercer, malgré plusieurs signalements.

Société

Affaire du chirurgien pédophile à Jonzac : Une alerte dès 2006 sur le comportement du Dr Le Scouarnec

Justice

Affaire de pédophilie de Jonzac : « 250 victimes potentielles » évoquées par le parquet de la Rochelle

5 partages