« Chez Lulu », le nouveau club du centre de Paris mise sur l’érotisme

Paris, ville du romantisme, bientôt capitale de l’érotisme ? Si cela arrive, on pourra dire que « Chez Lulu » aura apporté sa pierre à l’édifice. Ouvert depuis le 23 février dernier dans le 1er arrondissement, ce club se définit lui-même comme un bar-restaurant « disco-érotico-années 70 ».

Il faut s’approcher du milieu de la rue Jean-Jacques Rousseau pour distinguer l’établissement. Seuls les néons rouges de la devanture attestent que vous êtes bien arrivé. A l’entrée, l’accueil est assuré par deux jeunes femmes vêtues de combinaisons en strass. Le ton est donné. Quelques marches plus bas, les visiteurs sont directement plongés dans l’univers de Lulu : lumière rouge sensuelle, bossa nova dans les enceintes, moquette sombre à fleurs multicolores…

Une ambiance omniprésente

Ce premier espace est réservé au bar, les convives qui viennent d’arriver sirotent quelques verres dans un décor à la fois pop et vintage. Aux murs, de nombreux clins d’œil rappellent la touche érotique revendiquée, comme ces personnages mécaniques au profil SM.

Chez Lulu, le club érotique. Paris le 3 mars 2022
Chez Lulu, le club érotique. Paris le 3 mars 2022 – R.Le Dourneuf / 20 Minutes

Sur le mur qui fait face au comptoir, on remarque de longues ouvertures. Ce qu’elles révèlent surprend les plus curieux. Derrière ces fentes murales se trouve une sorte de boudoir où des danseuses s’apprêtent et se maquillent. « J’ai l’impression d’avoir mis l’œil dans le judas d’un endroit défendu », s’amuse un client qui semble plus émoustillé que coupable.

De surprises en surprises

« C’est la réaction voulue, commente Lulu en se présentant, nous voulions créer cet effet voyeur. » La surprise est réussie, au moins autant que celle de voir une femme de 31 ans se présenter comme l’hôtesse de ces lieux : « En voyant l’endroit, beaucoup s’attendent plus à voir Lucien, un homme de plus de 60 ans. » Pourtant, elle revendique sa jeunesse et sa féminité dans l’inspiration du lieu. Pas de pornographie ici, elle veut inspirer le glamour et la nuance.

Chez Lulu, le club érotique. Paris le 3 mars 2022
Chez Lulu, le club érotique. Paris le 3 mars 2022 – R.Le Dourneuf / 20 Minutes

Après une première carrière dans le prêt-à-porter, Lucile Clergerie s’est intéressée à la décoration d’intérieur pendant le premier confinement. Alors que sa famille se voit obligée de fermer les portes de son club « Jean-Louis la nuit » à cause de la crise du Covid-19, Lulu choisit de le reprendre pour recréer un club à son image. « C’est une ambiance dans laquelle je me retrouve. »

Des références explicites

Les clients aussi visiblement. Il faut dire que chaque détail ramène au thème du lieu. Le « Coup de fouet », le « Saint des seins », le « Fruit défendu » ou encore le « Si frais, dit » même les cocktails portent des noms évocateurs. Pour ceux qui voudraient s’imprégner davantage, un coiffeur-maquilleur au look de Huggy les bons tuyaux se tient prêt dans un couloir attenant au bar. Surnommé le « Maestro », il peut concocter un brushing à la Farrah Fawcett ou faire une retouche maquillage en quelques minutes. Le look, Lulu y tient, jusque dans ses réservations qui précisent « Pas sapés, pas d’entrée ». « Le but n’est pas que tout le monde arrive en costume, mais je ne veux pas que l’on vienne en jean-baskets. Je veux que les gens fassent un effort, qu’ils mettent un peu de paillettes dans leur façon de s’habiller. »

Chez Lulu, le club érotique. Paris le 3 mars 2022
Chez Lulu, le club érotique. Paris le 3 mars 2022 – R.Le Dourneuf / 20 Minutes

Pendant que le DJ passe doucement de la musique brésilienne a un disco plus tranché, beaucoup de convives se glissent, à quelques pas, dans l’espace restaurant. Pas question d’oublier l’esprit érotique de la soirée. Là, autour de la piste de danse, les tables sont réunies de manière intime, entourées de fauteuils et banquettes cosy. L’ambiance se fait alors plus explicite. Face aux clients qui font leur choix entre « les préliminaires » (les entrées), « l’acte » (le plat) et « les finitions » (les desserts), des films érotiques sont projetés sur les murs du restaurant.

Des danseuses chauffent la piste pour les clients

Si les convives ne se déhanchent pas encore sur la piste de danse, cette dernière ne reste pas vide bien longtemps. Clou du spectacle, l’arrivée de deux danseuses ne laisse personne indifférent. Lascives et sensuelles, elles déambulent dans des justaucorps en strass (encore) près des tables, captant l’attention de l’assistance. Attention, rien de déplacer dans leur spectacle, Lulu y tient : « Tout est dans la nuance, il n’y a pas de vulgarité. Et s’il est besoin de le préciser, il est interdit de les toucher. » Le spectacle fait très « années 1970 », mais n’est pas très « #MeToo » comme le précise un client, situé au premier rang, avec sa compagne. Rapportée à Lulu, la remarque la fait sourire. « Je comprends la situation. Mais que ce client se rassure, ce n’est qu’une question de timing, nous avons deux danseurs qui doivent arriver cette semaine. Nous aurons une belle parité. »

Chez Lulu, le club érotique. Paris le 3 mars 2022
Chez Lulu, le club érotique. Paris le 3 mars 2022 – R.Le Dourneuf / 20 Minutes

Après quelques bouchées avalées et quelques coupes descendues, certains se laissent aller aux vibrations de la musique et commencent à se lever. Petit à petit, les danseuses regagnent le haut des marches, podium de circonstance, pour continuer d’imprimer le rythme aux clients qui investissent la piste de danse. Difficile de savoir si l’avenir de Paris est érotique, mais le club « Chez Lulu » semble avoir trouvé son public.