Chants homophobes: Le RC Lens invite le collectif Rouge Direct à assister à un match à Bollaert

Illustration des supporteurs du RC Lens. — B. Chibane / SIPA

  • Le collectif Rouge Direct, qui lutte contre l’homophobie dans les stades, avait dénoncé des chants homophobes dans les tribunes du stade du RC Lens.
  • Le club lensois a invité les représentants du collectif à assister à une rencontre à Bollaert.
  • La commission de discipline de la Ligue de football professionnelle a placé en instruction le dossier du RC Lens.

Va-t-on fumer le calumet de la paix à cette occasion ? Le collectif Rouge Direct, qui lutte contre l’homophobie dans les stades, a accepté l’invitation du RC Lens à assister à un match de football au stade Bollaert. Ce collectif avait dénoncé les chants homophobes proférés par des supporteurs lensois lors de la rencontre contre Valenciennes.

« Climat convivial, respectueux et festif »

Le capo (meneur de groupe) et une partie de la tribune Marek avaient scandé « Oh VA [Valenciennes] bande de pédés ! ». Dans un tweet, la direction du RC Lens regrette « l’ampleur prise suite aux propos tenus et leur banalisation » et annonce qu’« il a été décidé, d’un commun accord avec les référents supporters, que la personne identifiée se mette en retrait jusqu’à nouvel ordre ».

Le RC Lens invite aussi le collectif « à venir assister à une rencontre du Racing pour se rendre compte du climat convivial, respectueux et festif ». Les représentants de Rouge Direct ont saisi la balle au bond et répondu positivement, « dans une constante volonté de dialogue », précisent-ils dans un communiqué.

« Nous les remercions pour cette réaction qui témoigne d’une prise de conscience provoquée par un risque de sanction. […] Nous réaffirmons donc l’utilité et la nécessité de la répression des actes homophobes dans les stades de football pour provoquer une prise de conscience […] », note le collectif qui rappelle que la majorité des Français soutiennent ce combat.

Fléau généralisé

« Bien entendu, ces chants ne concernent pas que le club de Lens, reconnaît Rouge Direct. Ce fléau est généralisé dans le football par l’absence d’actions concrètes et de sanctions pour le faire reculer. » Pour preuve, le collectif a recueilli sur internet plusieurs vidéos mettant en cause des supporteurs de Lille, de Lyon, de Saint-Etienne et de Marseille.

Mercredi, la commission de discipline de la Ligue de football professionnelle (LFP) a décidé de placer en instruction le dossier concernant les chants à caractère homophobe des supporters du RC Lens, en même temps que celui visant le comportement d’un supporteur dijonnais soupçonné d’avoir proféré des cris racistes envers un joueur amiénois.

« Dans notre tribune, jamais personne n’a été ou ne sera catalogué pour son sexe, son orientation sexuelle, ses origines, sa couleur ou sa religion. Le simple fait d’être supporter lensois nous suffit amplement », avait réagi Pierre Revillon, porte-parole des Red Tigers sur le site d’Europe 1.

Sport

«On peut interrompre les matchs en cas d’homophobie», rappelle Maracineanu

Sport

«Je voulais marquer le coup», Prince arrête Dijon-Amiens 5 minutes après des cris racistes

2 partages