Champs-Elysées : Des illuminations sobres mais joyeuses

Les illuminations de Noël des Champs-Elysées étaient placées cette année, contexte oblige, sous le signe de la sobriété. Et il en a été de même pour la cérémonie ce dimanche soir. Il y a bien eu une première partie avec le Marching band picard La Vaillante, venu exprès de Saint-Quentin, mais avec seulement deux morceaux. Pour le reste, point de long discours.

Une brève introduction de Marc-Antoine Jamet, le président du comité des Champs-Elysées à l’initiative des festivités, qui a vanté « des illuminations raisonnables et durables ».

« Un moment de fête dans un monde qui ne va pas très bien »

Quelques mots aussi d’Anne Hidalgo pour qui « ces illuminations sont un moment de fête dans un monde qui ne va pas très bien ». Et surtout le sourire de Tahar Rahim, le parrain des festivités, qui a rappelé son « plaisir d’être là » et remercié du « privilège » d’avoir été choisi. A mille lieues de son personnage flippant dans la série Netflix Le Serpent.

Et c’est à 19 heures passées de quelques minutes que le bouton buzzer a été enfoncé illuminant de belles guirlandes les arbres des Champs et déclenchant une pluie de confettis jaunes et blancs. Les sourires étaient alors bien présents sur l’estrade notamment chez les deux jeunes de l’association Petits princes qui soutient les enfants malades. Jeanne D’Hautesserre, la maire du 7e arrondissement, a brillé avec sa doudoune dorée, son pull de Noël, et son enthousiasme, toujours bien présent année après année. Et c’est Olivia Polski, l’adjointe au Commerce, qui s’est chargée de prendre le traditionnel selfie de groupe tandis que le député LREM Sylvain Maillard réussissait à obtenir sa photo avec Tahar Rahim.

Marc-Antoine Jamet n’avait que des éloges pour le parrain des illuminations : « Il a donné à l’avenue la dimension qui est la sienne. On a besoin de quelqu’un d’exceptionnel et il est exceptionnel ! Et surtout il est plein de gentillesse ! » N’hésitant pas à appeler « papi » le président du comité qui venait d’apprendre la naissance d’une petite-fille.

Parmi la foule nombreuse qui a assisté à l’inauguration des illuminations, Thierry et Cristina ont apprécié les festivités : « C’est la première fois que je viens et c’est sympa. Et c’est ma compagne brésilienne qui m’a informé, moi, Parisien d’origine, de la cérémonie ! » Shelly, Ajay et leurs deux enfants, sont venus en touriste avant de rentrer à New York pour Thanksgiving. « C’est très beau », a sobrement commenté le père de famille qui est arrivé ici un peu par hasard : « On ne savait pas que c’étaient les illuminations et on a vu beaucoup de monde donc on s’est approchés. » Katie et sa fille Amel ont eu moins de chance : « On est parties trop tard de la maison et on a raté la cérémonie, raconte, déçue, Katie. L’an dernier on était en avance, mais on reviendra l’année prochaine ! »