C’est l’heure du BIM : Sébastien Lecornu aux Antilles, procès de R. Kelly et le suspect du meurtre en Vendée interné

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap pour vous aider à y voir plus clair.

C’est une visite aux Antilles pour afficher le soutien du gouvernement. Mais à son arrivée ce mardi soir en Guadeloupe, le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, va surtout être confronté à une situation explosive. Des heurts se sont en effet produits dans la nuit de dimanche à lundi sur l’île, où un confinement est instauré pour freiner l’épidémie de Covid-19. Jeudi, lorsqu’il se rendra en Martinique, le ministre ne pourra également que constater que la situation sanitaire ne s’améliore pas. Les autorités y ont ainsi renforcé lundi les mesures de confinement. Les touristes ont même été invités à « quitter le territoire ». Seule nouvelle positive pour le moment : après l’appel à la mobilisation lancé dimanche par Olivier Véran, 240 soignants ont répondu présents et partiront ce mardi pour une mission d’appui de 15 jours dans les Antilles. Le ministre de la Santé sera d’ailleurs lui aussi jeudi en Martinique.

C’est un procès particulièrement médiatique qui s’est ouvert lundi à New York. R. Kelly, ancienne star du R’n’B dans les années 1990, est jugé devant le tribunal fédéral de Brooklyn. Le chanteur de 54 ans se retrouve dans ce tribunal pour différents chefs d’accusation, dont exploitation sexuelle de mineure, extorsion, enlèvement, corruption et travail forcé. Des charges pour lesquelles il a plaidé non coupable. Comme le rapporte RFI, il risque jusqu’à vingt ans de prison. Et ce n’est que le début.

L’homme qui s’est accusé ce lundi du meurtre d’un prêtre en Vendée, est désormais dans un hôpital. Sa garde à vue a été levée pour « incompatibilité avec son état de santé », a-t-on appris lundi de sources proches du dossier. Le suspect âgé de 40 ans, qui souffre de troubles psychiatriques, a été conduit à l’hôpital pour y être soigné, a ajouté l’une de ces sources. Une enquête est ouverte pour « homicide volontaire » et, en l’état, « aucun mobile lié à un motif terroriste » n’apparaît dans cette affaire.