C’est l’heure du BIM : Retour du masque à Paris, Maxwell coupable et explosion des contaminations en Guadeloupe

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap pour vous aider à y voir plus clair.

Le « raz de marée » du variant Omicron continue d’entraîner le durcissement des restrictions sanitaires. Le masque redevient ainsi obligatoire dans les rues de Paris à partir de vendredi, a annoncé mercredi la préfecture de police de la capitale. Cette obligation s’appliquera aux personnes âgées de plus de 11 ans, « à l’exception des personnes circulant à l’intérieur de véhicules, des cyclistes et des usagers des deux roues » ou des « personnes pratiquant une activité sportive ».

Les jurés auront eu besoin de près d’une semaine pour délibérer. Ghislaine Maxwell a été reconnue coupable mercredi, par un tribunal de New York, de cinq charges sur six, notamment de trafic sexuel de mineure au profit de son ex-compagnon Jeffrey Epstein, ainsi que d’association de malfaiteurs. Elle encourt un maximum de 65 ans de prison, avec 40 ans rien que pour la charge de trafic sexuel. Pour le procureur fédéral du tribunal de Manhattan Damian Williams, ces « crimes ont été perpétrés avec son partenaire et complice de toujours, Jeffrey Epstein », lequel s’est suicidé dans une prison de New York en août 2019, avant d’être jugé pour crimes sexuels. Il pourrait néanmoins y avoir un nouveau procès. Selon toute vraisemblance, Ghislaine Maxwell devrait en effet faire appel.

Une situation « préoccupante ». Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 a été quasiment multiplié par trois en une semaine et continue de progresser en Guadeloupe, où le variant Delta reste majoritaire, ont annoncé mercredi l’agence régionale de santé (ARS) et la préfecture. Quelque 543 cas ont été recensés du 20 au 26 décembre, contre 203 la semaine précédente et « près de 850 cas ont été recensés en moins de 3 jours » pour le début de la semaine allant du 27 décembre au 2 janvier, a précisé Valérie Denux, directrice générale de l’Agence régionale de santé (ARS), lors d’une conférence de presse. « La situation de cette semaine est vraiment très très préoccupante », a-t-elle expliqué.