C’est l’heure du BIM : Merkel s’oppose à la mutualisation des dettes, pas de traçage numérique et des cessez-le-feu dans le monde

La chancelière allemande, Angela Merkel, le 22 mars 2020 à Berlin. — Michael Kappeler/AP/SIPA

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap pour vous aider à y voir plus clair.

La mutualisation des dettes européennes n’est pas la bonne solution selon l’Allemagne pour répondre à la crise économique due au nouveau coronavirus. Angela Merkel a fait part lors d’un sommet européen jeudi de son opposition à l’idée d’émettre des « corona bonds ». Ceux-ci étaient pourtant souhaités par les dirigeants français et italien notamment. La chancelière allemande a réaffirmé sa « préférence pour le MES », le Mécanisme européen de stabilité qui est le fonds de secours en cas de crise de la zone euro mais avec des conditions strictes. Les négociations vont donc être encore longues.

Désamorcer avant même le début de la polémique. C’est ce que c’est employé à faire, jeudi soir sur France 2, le ministre de l’Intérieur au sujet de l’hypothèse d’un traçage des données pour lutter contre l’épidémie de coronavirus. Selon Christophe Castaner, cette méthode « n’est pas dans la culture française » et « nous n’y travaillons pas ». Cependant, pour que cette idée ne se concrétise pas, il en va seulement de la responsabilité des citoyens quant au respect du confinement. « Je fais confiance aux Français pour que nous n’ayons pas besoin de mettre en place ces systèmes qui atteignent la liberté individuelle de chacun », a expliqué le ministre.

C’est sûrement la seule bonne nouvelle liée au coronavirus. L’ONU a salué jeudi la proclamation de cessez-le-feu dans plusieurs pays en conflits, après l’appel de son secrétaire général, Antonio Guterres, à arrêter les combats face à la propagation du coronavirus. Coup sur coup, des cessez-le-feu ont ainsi été évoqués ces derniers jours par les belligérants aux Philippines, au Cameroun, au Yémen et en Syrie. Surtout, le mouvement est en voie d’être soutenu par des résolutions au Conseil de sécurité et à l’Assemblée générale. Les négociations vont toutefois prendre encore un peu de temps.

Monde

Coronavirus : L’Allemagne effectue désormais 500.000 tests par semaine

Monde

La guerre au Yémen a eu un « impact dévastateur » sur la santé mentale des enfants, selon une ONG

8 partages