C’est l’heure du BIM : Macron parle du voile, violences en Catalogne et Trump écrit à Erdogan

Emmanuel Macron avec le ministre de l’Education, Jean Michel Blanquer (à gauche), le 20 septembre 2019 à Thomery. — ZIHNIOGLU KAMIL/SIPA

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap pour vous aider à y voir plus clair.

En pleine polémique sur le voile, question sur laquellele gouvernement et la majorité LREM se déchirent, la parole d’ Emmanuel Macron se faisait attendre. Le président de la République a appelé mercredi à « être intraitable avec le communautarisme » mais sans stigmatiser « nos concitoyens », en dénonçant le « raccourci fatal » entre lutte contre le terrorisme et islam. « Faisons bloc et ne nous divisons pas pour lutter d’abord et avant tout contre la radicalisation dans notre société, œuvrons pour que la République soit partout », a ajouté le chef de l’Etat, lors d’une conférence de presse à l’issue d’un sommet franco-allemand à Toulouse.

Des militants indépendantistes ont affronté la police pour la troisième nuit consécutive en Catalogne, une escalade dénoncée jeudi par les autorités séparatistes tandis que le gouvernement espagnol se tient prêt à intervenir. Les manifestations durent depuis la condamnation lundi par la Cour suprême de neuf dirigeants indépendantistes à de longues peines de prison pour leur implication dans la tentative de sécession de la Catalogne en 2017.

Pour tenter de désamorcer la crise entre la Turquie et les Kurdes en Syrie, Donald Trump a sorti sa plume, la semaine dernière. Après le début de l’offensive turque, le président américain a écrit une lettre – dont l’authenticité a été confirmée par la Maison Blanche – à Recep Tayyip Erdogan. Ponctuée de points d’exclamation, la missive emploie un ton peu habituel pour la diplomatie.

Politique

Gouvernement et majorité se déchirent sur le voile

Monde

Les Kurdes «ne sont pas des anges», selon Trump, qui juge sa stratégie «brillante»

3 partages