C’est l’heure du BIM : Le bac chamboulé, un million de cas dans le monde et distribution de 160 milliards de dollars

Des résultats du Baccalauréat. Une scène que l’on ne verra peut-être pas cette année. — G .VARELA / 20 MINUTES

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap pour vous aider à y voir plus clair.

Les élèves de terminale s’y attendaient un peu depuis la fermeture des établissements scolaires pour freiner la propagation du coronavirus. « Les épreuves du baccalauréat ne pourront pas se dérouler au mois de juin, ni de juillet (…) Cela veut dire qu’il va falloir organiser ces épreuves d’une façon totalement neuve », a reconnu  Edouard Philippesur TF1 ce jeudi soir. La question est donc maintenant de savoir comment vont se faire les épreuves. Pour le Premier ministre, « Soit elles auront lieu sur le fondement du contrôle continu, basé sur les premiers et deuxièmes trimestres. […] Soit on peut espérer conjuguer à ce contrôle continu complet une épreuve qui serait organisée à la fin du mois de juin ». C’est désormais au ministre de l’Education nationale de trancher.

Les cas de contaminations au coronavirus s’accélèrent de façon exponentielle. Il aura en effet fallu trois mois à l’épidémie de coronavirus pour atteindre 500.000 cas et seulement une semaine pour doubler à un million. La course contre la montre continue pour « aplatir » la courbe d’une pandémie qui a déjà fait 53.000 morts, dont près de 6.000 en France.

La Banque mondiale s’est dite prête jeudi à déployer jusqu’à 160 milliards de dollars au cours des 15 prochains mois pour aider les pays les plus pauvres à répondre aux conséquences immédiates de la pandémie actuelle. Il faut dire que ces pays vont subir deux fois les effets du coronavirus. N’ayant pas les infrastructures hospitalières adéquates, la surmortalité pourrait y exploser. Mais une fois la crise sanitaire passée, les problèmes ne seront pour autant pas réglés. La crise économique devrait voir une montée de l’extrême pauvreté dans ces pays. La Banque mondiale a donc souligné la nécessité d’avoir « une action d’ampleur » pour les pays les plus pauvres qui sont les plus vulnérables et seront « probablement les plus durement touchés ».

Monde

Le Pérou impose des sorties alternées selon le genre

Santé

Edouard Philippe admet de « vraies difficultés » pour s’approvisionner en masques

3 partages