C’est l’heure du BIM : Fortes tensions coréennes, le Goncourt arrive et victoire amère pour le PSG

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap pour vous aider à y voir plus clair.

La tension est à son comble autour de la péninsule coréenne. Pyongyang a en effet lancé ce jeudi trois nouveaux projectiles, dont un missile balistique intercontinental (ICBM) qui a apparemment échoué, au lendemain d’une salve record de tirs. Cette démonstration de force intervient au moment où la Corée du Sud et les Etats-Unis mènent les plus importants exercices aériens de leur histoire dans la région. Les deux alliés ont d’ailleurs décidé ce jeudi de prolonger ces exercices « compte tenu des récentes provocations du Nord ».

Comme chaque année, le monde littéraire va avoir les yeux rivés sur un déjeuner au restaurant Drouant à Paris. Ce jeudi, lors de cet immuable repas depuis plus d’un siècle, les jurés du prix Goncourt, sept hommes et trois femmes, vont décider qui a écrit le meilleur roman français de l’année. La sélection a été resserrée à quatre auteurs : deux Françaises, Brigitte Giraud et Cloé Korman, un Haïtien, Makenzy Orcel et un Italo-Suisse, Giuliano da Empoli. Avec Le Mage du Kremlin (Gallimard), ce dernier à la faveur des journalistes littéraires.

La malédiction continue pour le PSG en Ligue des champions. Mercredi soir, Paris a joué à qui gagne perd. Malgré sa victoire à Turin contre la Juventus (1-2), le club de la capitale termine en effet second de sa poule, plombé par la large victoire de Benfica sur la pelouse du Maccabi Haïfa (1-6). La mauvaise magie de Paris a encore frappé : pour la première fois dans l’histoire deux leaders d’un même groupe sont à égalité parfaite en matière de points, buts marqués, buts encaissés et, fatalement, au goal-average. Une fois de plus, le PSG inaugure des statistiques sur la scène européenne. Et finalement, pour départager les deux équipes, il a fallu puiser jusqu’aux buts marqués à l’extérieur.