C’est l’heure du BIM : Assemblée générale de l’ONU, colère en Iran et Mbappé fait plier la FFF

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap pour vous aider à y voir plus clair.

Les dossiers internationaux sont cette année particulièrement nombreux et sensibles. Pour en parler, les dirigeants de la planète se succèdent à partir d’aujourd’hui à la tribune de l’Assemblée générale de l’ONU. Quelque 150 chefs d’Etat et de gouvernement du monde entier vont prendre la parole lors de cette grand-messe diplomatique annuelle.

L’invasion de l’Ukraine sera au cœur de cette semaine diplomatique, avec une intervention mercredi de Volodymyr Zelensky et un Conseil de sécurité jeudi au niveau des ministres des Affaires étrangères. Vladimir Poutine et Xi Jinping ont en revanche décidé de ne pas s’y rendre. Emmanuel Macron, qui sera à la tribune ce mardi en milieu de journée, compte pour sa part insister sur la nécessité de prévenir la « fracturation » entre pays du Nord et du Sud, selon l’Elysée. Les catastrophes climatiques ou encore le nucléaire iranien seront aussi au menu des différents discours.

La colère ne retombe pas en Iran après la mort le 13 septembre d’une jeune femme détenue par la police des mœurs. De nouvelles manifestations ont ainsi eu lieu lundi, notamment à Téhéran. Dans la capitale, quelques femmes ont retiré leur voile en criant « mort à la République islamique ».

Dans le même temps, la police continue de rejeter toute responsabilité dans ce décès. La France a qualifié de son côté de « profondément choquantes » l’arrestation et la mort en détention de cette jeune iranienne, appelant à une « enquête transparente pour faire toute la lumière sur les circonstances de ce drame ».

Kylian Mbappé est en train de gagner son bras de fer contre la FFF. La Fédération française de football s’est engagée lundi soir « à réviser » la convention sur les droits à l’image la liant aux Bleus « dans les plus brefs délais ». En agissant ainsi, elle tente de régler un différend avec l’attaquant star alors que se profile le Mondial fin novembre.

Pour ne pas froisser « Kyky » avant cette compétition, Noël Le Graët, le patron de la FFF, vient surtout d’effectuer un énorme rétropédalage, lui qui venait tout juste d’expliquer à L’Equipe que rien ne changerait « d’ici la Coupe du monde ».