«Capitaine Marleau»: On a imaginé les répliques de Jeanne Balibar et Benjamin Biolay face à Corinne Masiero

Corinne Masiero et Benjamin Biolay dans «Capitaine Marleau» sur France 3 — Christophe BRACHET / PASSION FILMS / FTV

  • Le nouvel épisode de « Capitaine Marleau », diffusé ce mardi soir sur France 3, accueille Jeanne Balibar, Benjamin Biolay et Camille.
  • La comédienne Corinne Masiero et la réalisatrice Josée Dayan ont l’habitude de glisser des références aux carrières de leurs invités dans les dialogues.
  • « 20 Minutes » a imaginé quelles répliques que les trois guests du jour pourraient glisser pour évoquer leurs films et albums respectifs.

Chaque nouvel épisode de Capitaine Marleau est désormais l’occasion de guetter l’apparition d’invités plus ou moins inattendus, et plus ou moins à contre-emploi. La semaine dernière, Isabelle Adjani interprétait une scientifique qui se réveillait de longues années de coma. On était donc assez haut sur l’échelle du contre-emploi mais tout en bas sur l’échelle de la surprise puisque Isabelle Adjani fait, depuis longtemps, partie de la galaxie Josée Dayan, réalisatrice de Capitaine Marleau.

C’est également le cas de Jeanne Balibar, qui a déjà joué à de nombreuses reprises pour la patronne de la fiction télé «qualité France», et qui, pour l’épisode de ce mardi soir, intitulé Une voix dans la nuit, interprète l’animatrice radio d’une émission nocturne de confessions intimes. Bien sûr, il va y avoir un meurtre et bien sûr la capitaine Marleau va s’en saisir. L’épisode accueille également Benjamin Biolay et la chanteuse Camille pour une sorte de combo intello-gaucho-bobo que l’on salive d’avance de voir maltraité par la si populaire femme à la chapka.

Répliques et références

Outre ses guests, Capitaine Marleau s’est fait une spécialité des clins d’œil à l’actualité et aux carrières de ses interprètes dans les dialogues. La semaine dernière, dans l’épisode avec Isabelle Adjani, ça a été un festival. Corinne Masiero, qui improvise régulièrement ses répliques, a multiplié les références à la filmographie de sa partenaire. Ce mardi soir, il se pourrait bien qu’elle récidive. Nous avons imaginé quelques répliques, cette fois dans la bouche des guests, Jeanne Balibar, Benjamin Biolay et Camille.

« Oh mais j’en ai marre ! La barbe à radoter votre histoire ! »

Jeanne Balibar interprète Eva Detrais, l’animatrice d’une émission de radio nocturne où les auditeurs se confient sur leurs peines de cœur, leur dépression… Elle sera le « témoin » d’un meurtre en direct lorsqu’une jeune auditrice est tuée alors qu’elle se confessait à l’antenne. Bien vite, la capitaine Marleau découvre que l’animatrice ne dit pas toute la vérité quand elle affirme ne pas connaître la victime.

Les répliques qu’on a imaginées

« On n’a pas le temps là, on prépare une émission, revenez Fin août, début septembre. » Face à l’enquiquinante Marleau qui investigue dans son studio, l’animatrice l’éconduirait, renvoyant l’interrogatoire aux calendes grecques en même temps qu’en référence à l’un de ses succès emblématiques au cinéma dans le film d’Olivier Assayas.

« Oh mais j’en ai marre ! La Barbe à radoter votre histoire ! » Jeanne Balibar pourrait s’emporter encore une fois alors que la capitaine Marleau la confronte à ses mensonges. Dans un subtil (?) jeu de mots, on décèlerait une référence à Barbara, film et rôle pour lesquels Jeanne Balibar a reçu le César de la meilleure actrice en 2018.

« Mes auditeurs m’écoutent pour ma voix, ils m’écoutent par amour. » Jeanne Balibar n’est pas qu’actrice et comédienne ( et réalisatrice bientôt), elle est aussi chanteuse et a notamment sorti un très bel album intitulé Paramour. Son personnage pourrait bien lui permettre de le rappeler dans une déclaration d’amour au média radiophonique.

« Jouez pas l’intello avec moi ! » On imagine bien Jeanne Balibar adresser un clin d’œil à son statut supposé d’artiste intello en attaquant la capitaine Marleau la prenant de haut.

« Doucement les basses ! Vous vous prenez pour la nouvelle star de la gendarmerie, c’est ça ? »

Benjamin Biolay joue un personnage antipathique de photographe fouineur. Suspect dans l’affaire du meurtre, on sait déjà qu’il finit une scène le nez en sang.

Les répliques qu’on a imaginées

« Je prends des bonnes photos parce que je suis toujours là où il faut être, pas parce que j’ai une Chambre avec vue. » Imaginez la scène : le prétentieux photographe fait la leçon à l’enquêtrice. Et son interprète Benjamin Biolay citerait alors le nom de l’album qu’il a écrit et composé avec Keren Ann pour Henri Salvador et qui leur a valu, à eux trois, un début, ou un renouveau, de carrière en fanfare.

« Votre chapeau a perdu de sa Superbe. » La chapka de Marleau tomberait dans la boue lors d’une bousculade et le perfide photographe glisserait une pique qui cite l’album avec lequel Benjamin Biolay a connu son plus grand succès public.

« Doucement les basses, vous vous prenez pour la Nouvelle star de la gendarmerie, c’est ça ? » Derrière cette saillie à l’égard d’une capitaine Marleau qu’on imagine faire son show (come toujours) Benjamin Biolay pourrait cacher une référence à sa participation, mitigée, à la dernière saison du télécrochet de M6.

« Attendez, attendez, je comprends rien à votre histoire, j’ai complètement perdu le Fil »

Camille est la troisième invitée de marque de cet épisode. La chanteuse y joue Caroline Celac, une jeune femme timide mais qui, elle aussi, semble en savoir plus que ce qu’elle ne veut bien l’admettre.

Les répliques qu’on a imaginées

« Attendez, attendez, je comprends rien à votre histoire, j’ai complètement perdu Le Fil. » Imaginons le capitaine Marleau échafauder une théorie face à une Camille interloquée qui en profiterait pour glisser une référence à son deuxième album, celui qui lui a permis de se faire connaître du grand public et qui lui a valu plusieurs prix.

« Oooohoho, Ahahahaaaaaaaaaaaaaaaa, Hiiiiiiiiihihohahu, Hahohiiii, Hou hââââ, Hooooooooo… » Camille est connue pour sa propension à jouer avec sa voix de manière audacieuse et décalée. Si son personnage n’est pas une chanteuse, on l’imagine très bien dans une situation lyrique étonnante, par exemple à faire des vocalises en se brossant et rinçant les dents

« J’ai l’impression que Je mène les loups dans la bergerie et qu’on va me le reprocher. » Cette référence-là serait un mauvais souvenir pour la chanteuse. En utilisant le thème de la chanson traditionnelle Je mène les loups dans son dernier album, Camille ne se doutait pas qu’elle devrait affronter une accusation de plagiat de la part de son auteur. La Sacem elle-même ignorait que cette chanson avait en réalité un auteur bien vivant…

Télévision

Josée Dayan: «Avec cette sœur jumelle, on en dit plus sur Capitaine Marleau»

Série

VIDEO. Pourquoi la série «Capitaine Marleau», de retour sur France 3, cartonne-t-elle autant?

0 partage