Cannes: Nouveau «bout du monde», la cité des festivals drague la clientèle française pour rebondir

Cannes mise notamment sur la carte postale de ses îles de Lérins — Eric Dervaux

  • La ville de Cannes annonce un plan de relance pour son industrie touristique durement frappée par l’épidémie de nouveau coronavirus.
  • Des séjours bradés vont être mis en vente en même temps que le déploiement d’une campagne de promotion à destination de la clientèle française.

« Pouvoir vivre Cannes en haute saison comme si c’était la basse saison », c’est ce que promet le maire (LR) David Lisnard cet été. Pour relancer la machine touristique, sérieusement grippée par l’épidémie de nouveau coronavirus, la cité des festivals va brader des séjours et draguer la clientèle française avec son « exotisme local ».

Face à la « tragédie économique et sociale » qui se confirme après l’annulation en cascade de tous les congrès et de son très précieux festival du film, la ville a décidé de lancer une importante campagne de promotion à 3,3 millions d’euros. Dans des affiches et des spots TV, Cannes va devenir « notre bout du monde », jouant sur les limitations de déplacement et ses paysages de carte postale avec, notamment, ses deux îles de Lérins.

« Rien ne remplace un client »

Privée cet été de son festival pyrotechnique, qui réunit d’habitude plusieurs centaines de milliers de personnes sur la Croisette, et de tous ses festivals de musique, la destination va également revoir sa proposition événementielle « en plein air ». Des shows lumineux sur les façades et des expositions sont notamment prévus pour « faire de Cannes une immense balade ». Notamment à destination des familles.

Le palais des festivals n'accueille pas les stars du cinéma cette année Le palais des festivals n’accueille pas les stars du cinéma cette année – Lionel Urman/Sipa USA/SIPA

Un total de 5.000 séjours à l’hôtel va être proposé avec une formule de quatre nuits pour le prix de trois dans toutes les catégories d’établissement, qui devraient rouvrir dès le début du moins de juin. La mairie a également décidé deux millions d’euros d’exonération pour les professionnels impactés par la crise sanitaire. « Des aides, il en faut, mais rien ne remplace un client », appuie le maire LR David Lisnard, qui notait tout de même ce lundi une « bonne nouvelle », un bond des réservations des yachts et bateaux de plaisance.

Les pertes estimées à 500 millions d’euros

Le Palais des festivals et des congrès, locomotive économique de la ville, est à l’arrêt complet depuis le mois de mars et les annulations de ses rendez-vous internationaux (Mipim, MipTV, CanneSeries, Cannes Lions, Festival de Cannes, Tax Free). Accusant près de 289,8 millions d’euros de pertes, selon des chiffres communiqués par la mairie.

« Avec l’arrêt de l’hôtellerie, de la restauration et des plages qui ne retrouveront pas une pleine activité du fait des protocoles sanitaires, on estime à 500 millions d’euros les pertes enregistrées par la destination », pointe David Lisnard. Selon le maire, Cannes, deuxième ville de congrès de France après Paris, est, à son échelle, « la ville la plus sinistrée de France » sur le plan de l’économie du tourisme. Les pertes sont évaluées à 1,2 milliard d’euros pour l’ensemble de la Côte d’Azur.

Cannes

Le sable… et la pluie, retour (très) maussade sur les plages après deux mois de confinement

Covid-19

Faute de festival, des films à consommer en drive-in sur la Croisette

16 partages