Canicule : Les usines de glaçons tournent à plein régime, les livreurs surmenés

Si les températures commencent à devenir insoutenables dans certaines régions de France, il y en a que la vague de chaleur arrange bien. Les usines qui fabriquent des glaçons font ainsi le plein de commandes. « J’étais en production toute la nuit », sourit Damien Friley, gérant de la fabrique « A domicile glaçons », entreprise aux airs de maison de ville située à Asnières-sur-Seine, dans les Hauts-de-Seine.

Dans la cour, une palette contenant une tonne de glaçons « classiques, carrés » est entreposée. Répartis en sacs de 20 kg, vendus 20 euros le sac, ces cubes glacés sont préparés pour des clients professionnels, « bars, restaurants et traiteurs » majoritairement, ou encore des discothèques et poissonniers, détaille Damien Friley. Mais pas seulement : des sacs de 3 kg sont destinés aux particuliers. Ils seront livrés « au plus vite » à des distributeurs, épiceries ou stations-service à Paris et dans toute l’Île-de-France.

Des commandes qui quadruplent et arrivent plus tôt

La société « Promo glaçons », qui fabrique, elle, sa glace à Pantin (Seine-Saint-Denis), constate depuis le mois de mai un « pic précoce » des demandes, « alors qu’en temps normal, ça va crescendo à partir du mois d’avril », selon Isabelle Galet, chargée de développement. Ce pic, initié avec les premières fortes chaleurs en mai, apparaît « tous les ans un peu plus tôt », dit-elle.

« Depuis samedi dernier » et l’annonce de la vague de chaleur avec des températures au-delà des 30 °C dans la plupart des régions, les réapprovisionnements des distributeurs et les livraisons ont quadruplé en huit jours, souligne-t-elle.

Si les services de distribution et de livraison ne manquent pas, les fabricants sont peu nombreux en France. En Île-de-France, ils sont « quatre ou cinq », selon Damien Friley, et « quelques dizaines sûrement » dans le pays, après la disparition d’usines de fabrication de pains de glace.