Canicule : Comment les Ehpad s’organisent pour éviter de revivre la vague de chaleur meurtrière de 2003

A l’été 2003, la France est surprise par une vague de chaleur sans précédent . Cet épisode cause à l’époque la mort de 19.000 personnes, principalement âgées. Un drame que le pays ne compte pas revivre cette année avec l’épisode caniculaire qui frappe la France​.

Des consignes ont été données et les services mobilisés : attention aux publics fragiles, instructions transmises aux gestionnaires d’établissements pour personnes dépendantes, dispositifs Orsec pour s’adapter à chaque territoire, indique-t-on au ministère de la Santé et de la Prévention. Les Ehpad ont également l’obligation d’avoir au moins un espace collectif climatisé, souvent la salle de restaurant, et ont recours à des climatiseurs mobiles.

Code couleur pour l’eau

« Chaque salarié a son rôle : l’homme d’entretien a instruction d’asperger les façades matin et soir. Les équipes du matin savent qu’elles doivent aérer de 5h à 8h, puis refermer fenêtres et volets entre 8h et 17h », assure Florence Arnaiz-Maumé, déléguée générale du Synerpa, qui représente 1.900 Ehpad privés lucratifs et associatifs.

« Aide-soignantes et auxiliaires de vie s’occupent de la distribution d’eau. Avec un code couleur : par exemple, le matin, l’eau distribuée est rouge, additionnée d’un sirop ou colorant ; et l’après-midi, elle est verte. Si on voit une carafe d’eau rouge dans la chambre à 15h, c’est que la personne ne s’est pas suffisamment hydratée ». « Il existe aussi des verres connectés pour suivre la consommation d’eau des résidents », indique-t-elle. Et les cuisines servent « des plats légers avec suffisamment de sels minéraux, salades, glaces, pas de plats en sauce qui donnent chaud ».

Accueil possible de personnes isolées

Autre méthode artisanale efficace, pratiquée dans les Ehpad ou ailleurs : placer des glaçons dans une bassine devant un ventilateur ou tremper les pieds dans une bassine d’eau fraîche.

Et « les Ehpad peuvent accueillir dans leurs pièces rafraîchies des personnes âgées qui sont en danger en restant chez elles », indique Florence Arnaiz-Maumé, du Synerpa. « On essaie de nouer des partenariats avec des services à domicile pour accueillir quelques jours en Ehpad des personnes isolées, pour éviter de saturer les services d’urgence ».