Canada : Une photo de Justin Trudeau en blackface ressurgit, il « regrette profondément »

Justin Trudeau s’explique devant la presse sur son «blackface» de 2001, à bord de son avion de campagne, le 18 septembre 2019. — Sean Kilpatrick/AP/SIPA

« J’aurais pas dû le faire. Et j’aurais dû savoir que j’aurais pas dû le faire », a déclaré Justin Trudeau en français aux journalistes. Le Premier ministre canadien « regrette profondément » de s’être grimé le visage en noir lors d’une soirée en 2001, comme l’a révélé une photo publiée par le magazine Time en pleine campagne électorale, a-t-il affirmé mercredi, reconnaissant avoir commis un acte « raciste ».

« C’était une erreur (…) Je regrette profondément. Je m’excuse profondément. Je suis vraiment désolé », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse impromptue, tout en excluant de démissionner.

Justin Trudeau, qui avait 29 ans au moment où la photo a été prise, a reconnu que cette pratique controversée – dite du « blackface » ou « brownface » – était « raciste » mais qu’il n’en avait pas conscience à l’époque. Le dirigeant libéral, qui brigue un deuxième mandat, a expliqué, l’air contrit, qu’il s’était déguisé lors d’une soirée dans une école privée où il enseignait, en 2001 à Vancouver, comme l’a révélé le magazine américain.

L’image de « l’ardent multiculturaliste » écornée

« Je suis déguisé avec un costume d’Aladdin et je me suis maquillé. Je n’aurais pas dû le faire », a-t-il expliqué. « C’est quelque chose que je ne considérais pas comme raciste à l’époque, mais je reconnais aujourd’hui que c’était raciste. Et j’en suis profondément désolé ».

La photo a été prise lors du dîner annuel de l’école privée de West Point Grey Academy, située à Vancouver, où Justin Trudeau enseignait. Sur cette image en noir et blanc, on peut le voir souriant, entouré de quatre femmes, portant un turban, le visage et les mains recouverts de noir.

La publication de cette photo par Time magazine, une semaine après le début de la campagne pour les législatives, a fait l’effet d’une bombe au Canada, le Premier ministre sortant se présentant comme un ardent multiculturaliste. Plusieurs célébrités ont été épinglées ces dernières années pour avoir arboré un « blackface », pratique aujourd’hui considérée comme raciste. Elle remonte aux « minstrel shows » américains nés dans la première partie du XIXe siècle, des spectacles pendant lesquels des Blancs se noircissaient le visage pour jouer des Noirs et se moquer d’eux.

Sport

Equipe de France: Entre «bad buzz» légendaires et gestion en famille, comment Antoine Griezmann gère-t-il sa com’?

12 partages