Calais : Quatre blessés dont trois migrants dans une rixe

Un Calaisien a été blessé vendredi soir dans une rixe avec des migrants érythréens puis trois de ces migrants blessés, dont un grièvement. C’est le frère du Calaisien qui leur a foncé dessus en voiture, a-t-on appris ce samedi auprès de la préfecture et du parquet.

Le pronostic vital d’un des migrants, qui s’est fait rouler dessus par une voiture, est engagé, a indiqué le procureur adjoint de Boulogne-sur-Mer, Patrick Leleu. Ce jeune homme a été transféré au CHRU de Lille.

La légitime défense a priori non retenue

Les faits se sont déroulés dans la soirée du 31 décembre dans le quartier calaisien de Beau-Marais, « sur fond d’alcoolisation importante des deux parties », migrants et habitant du quartier, a indiqué samedi matin le secrétaire général de la préfecture du Pas-de-Calais, Alain Castanier. Des migrants ont « importuné » une jeune femme et un habitant du quartier a voulu la défendre, a complété samedi soir Patrick Leleu.

Une « rixe » s’en est suivie. Se retrouvant « en infériorité numérique », le Calaisien a tenté de fuir mais a été rattrapé par les migrants et frappé « a priori au moyen d’une chaîne ». Son frère a alors pris son véhicule et foncé sur le groupe, heurtant deux migrants, qu’il a blessés aux jambes, et roulant sur le troisième, dont le pronostic vital est engagé. « Il dit qu’il voulait défendre son frère qui état en train de se faire tuer mais pour nous, pour l’instant, on n’est pas en situation de légitime défense », a expliqué Patrick Leleu.

Gardes à vue prolongées

L’habitant du quartier et les trois migrants blessés ont été emmenés à l’hôpital. Blessé au visage, le Calaisien devait sortir de l’hôpital samedi soir, selon le procureur. Un des migrants blessé aux jambes en était déjà sorti plus tôt dans la journée et a été placé en garde à vue. Il y a rejoint le chauffeur de la voiture et un migrant qui n’a pas été blessé. L’un des deux migrants en garde à vue est considéré comme « l’auteur principal des violences, mais il peut y en avoir d’autres », a souligné Patrick Leleu.

Les gardes à vue de ces trois jeunes hommes ont été prolongées ce samedi. Ils doivent être présentés à un juge dimanche dans le cadre d’une information judiciaire pour tentative d’homicide volontaire, a-t-il ajouté.

Des centaines de migrants, notamment Erythréens, Soudanais, Irakiens ou encore Afghans, sont présents sur le littoral du nord de la France, principalement à Calais et Grande-Synthe (Nord), dans l’espoir de passer en Angleterre.