Budget : Le Fonds monétaire international demande à la France de se serrer la ceinture

Un rappel à l’ordre au niveau budgétaire. La France doit commencer dès l’an prochain à assainir ses finances, recommande le Fonds monétaire international (FMI) dans un rapport publié ce lundi.

A travers le gel des prix de l’électricité et du gaz, les chèques énergétiques, les remises sur les prix du carburant, le soutien aux entreprises… La France a multiplié les dépenses depuis un an, évaluées par le FMI à plus de 2 % de son PIB.

Celles-ci ont pesé sur des finances publiques déjà très dégradées par la pandémie de Covid-19 durant lesquelles le gouvernement a notamment financé le chômage partiel et les fermetures de commerces au titre du « quoi qu’il en coûte ». « Il est justifié de commencer la consolidation budgétaire en 2023 », écrit le FMI dans les conclusions d’une mission d’évaluation économique de la France.

Le FMI prédit une croissance de 0,7 % en France l’an prochain

Le gouvernement table sur un déficit public de 5 % l’an prochain après 4,9 % cette année, et prévoit de revenir sous la barre des 3 % en 2027, là où ses grands voisins misent sur un retour plus rapide à ce niveau.

Le FMI, qui table toujours sur une croissance de 0,7 % l’an prochain en France, craint « un léger creusement du déficit » en 2023, citant la prolongation des mesures énergétiques et la poursuite de la suppression d’impôts de production pour les entreprises.

Il appelle à « un ajustement soutenu » pour ramener le déficit à 0,4 % du PIB d’ici à 2030 en s’appuyant sur la réduction de la croissance des dépenses courantes, notamment celles liées à la pandémie et la crise énergétique.