« Brûler » ou « détruire » les œufs de tiques ? Ne suivez pas ce conseil partagé des milliers de fois sur Facebook

C’est le cauchemar des randonneurs, des amoureux de la nature ou encore des éleveurs. Tous veulent éviter la tique, dont la morsure peut faire des ravages chez l’humain et l’animal – et notamment transmettre la maladie de Lyme. Comment lutter contre cet acarien, ennemi presque invisible avant qu’il ne se gorge de sang ? Un post viral sur Facebook propose une piste : la destruction des œufs.

Ce message, partagé plus de 95.000 fois en trois semaines, conseille aux internautes de « brûler » ou de « détruire » les œufs de tiques. Il s’accompagne d’une photo montrant des grappes d’œufs de couleur noire ou marron. Le post, toutefois, ne donne pas la source de la photo, ni ne précise où et quand elle a été prise.

Les pontes de tiques sont très difficilement repérables dans la nature.
Les pontes de tiques sont très difficilement repérables dans la nature. – Capture d’écran Facebook

FAKE OFF

Cette image est ancienne : elle a été prise à l’été 2008 en Arizona, aux Etats-Unis, se rappelle pour 20 Minutes Jacob Kalichman, qui a posté l’image sur son compte Flickr. Il expliquait à l’époque qu’il s’agissait d’œufs de tiques, mais il n’en est plus si sûr aujourd’hui. « Je ne peux pas garantir que le sujet [de la photo] soit vraiment des œufs de tique, et à ce stade, je penche pour des myxomycètes [des organismes unicellulaires]. J’ai montré la photo aujourd’hui [mercredi] à un groupe Facebook d’enthousiastes des myxomycètes, et ils n’ont pas pu trancher dans un sens ou dans l’autre », confie-t-il à 20 Minutes.

Pour en avoir le cœur net, nous avons montré cette photo à plusieurs spécialistes des tiques. La piste d’œufs de cet acarien est plausible, selon eux, mais l’absence d’échelle pour comparer la taille des amas visible sur la photo empêche de conclure définitivement en ce sens.

Difficile de savoir ce que montre la photo

Leur forme, ainsi que la présence d’œufs marron, visibles au premier plan, correspondent à des œufs de tiques. La couleur noir matte est en revanche inhabituelle. Il pourrait s’agir d’œufs morts qui ont été exposés au soleil, un cas inhabituel, les femelles pondant habituellement dans des endroits abrités.

Leur disposition est aussi inhabituelle, les œufs sont habituellement ramassés en une grappe, comme on le voit sur cette photo de Frédéric Stachurski, chercheur en parasitologie au Cirad, prise l’année dernière dans les environs de Montpellier.

La photo de cette femelle Hyalomma marginatum, une espèce tique, en train de pondre, a été prise en 2020 dans les environs de Montpellier par Frédéric Stachurski, un chercheur spécialiste des tiques.
La photo de cette femelle Hyalomma marginatum, une espèce tique, en train de pondre, a été prise en 2020 dans les environs de Montpellier par Frédéric Stachurski, un chercheur spécialiste des tiques. – Frédéric Stachurski / UMR Astre (Cirad-Inrae)

« Généralement, les œufs de tiques sont regroupés, car la femelle, une fois qu’elle a commencé, pond sans discontinuer pendant plusieurs semaines dans un même endroit – la durée dépend de l’espèce, du poids de la femelle, et de la température », détaille le scientifique. La dispersion visible sur la photo « pourrait toutefois être due à l’action du photographe qui aurait un peu écarté les œufs ».

Les femelles tiques pondent à l’abri

Quoi qu’il en soit, au cours de vos promenades ou de vos randonnées, vous avez une chance infime de tomber sur des œufs de tiques. Il faudrait avoir un œil très aiguisé et ratisser les litières des forêts pour les distinguer, du fait de la taille microscopique des œufs.

De plus, les femelles pondent dans des endroits protégés. Parmi les 900 espèces connues actuellement dans le monde, les tiques dures sont celles que l’on rencontre le plus en France. Et celles-ci pondent dans la litière, un endroit protégé, rappelle à 20 Minutes Sarah Bonnet, directrice de recherche à l’INRAE. Un acte qui vise à protéger les œufs et les larves, souligne la spécialiste. Les tiques femelles pondent de « 2.000 à 20.000 œufs » en une ponte unique, puis meurent. Tous ces œufs n’évoluent pas en larves, puis en nymphes, puis en adultes : « Il y a beaucoup de casse. »

Un mauvais tuyau…

Quid du conseil de « brûler » ou de « détruire » ces œufs ? Il semble difficile de mettre feu à des œufs de cette taille. Le risque, ici, est plutôt d’incendier accidentellement l’environnement où se trouve la ponte.

Que faire alors pour éviter les morsures de tiques ? L’Assurance maladie recommande de porter des vêtements longs, serrés aux poignets et aux chevilles, ainsi qu’un chapeau et des chaussures fermées. Elle recommande également de partir muni d’un tire-tique et, lors de la promenade, de rester sur les chemins débroussaillés.

Une fois rentré à la maison, une inspection minutieuse de tout le corps est nécessaire, la nymphe de la tique ne mesurant qu’entre 1 et 3 mm avant qu’elle ne se gorge de sang. L’inspection doit être renouvelée le lendemain.

En cas de morsure, l’Assurance maladie recommande de la surveiller pendant trente jours, afin de garder un œil sur l’apparition d’éventuels symptômes de la maladie de Lyme.