Bruce Willis : Qu’est-ce que l’aphasie, dont souffre l’acteur ?

L’annonce ce mercredi de la fin de la carrière de l’acteur Bruce Willis, atteint d’aphasie, a braqué les projecteurs sur ce trouble du langage peu connu du grand public, bien qu’il touche de nombreuses personnes.

Qu’est-ce que l’aphasie ?

L’aphasie est un trouble du langage causé par des lésions cérébrales. Elles résultent le plus souvent d’un événement soudain, comme un accident vasculaire cérébral (AVC), ou un traumatisme crânien.

Mais « il existe d’autres possibilités, comme une maladie dégénérative », par exemple Alzheimer, provoquant alors des dommages progressifs, a expliqué à l’AFP Brenda Rapp, de l’université Johns Hopkins. La famille de Bruce Willis n’a pas détaillé la cause de son aphasie. « L’aphasie signifie simplement que quelqu’un a un problème de langage avec lequel il n’est pas né », a résumé Hugo Botha, neurologue à la Mayo Clinic dans le Minnesota.

Quelles sont les différentes formes ?

Les scientifiques distinguent plusieurs formes d’aphasie, dépendant de la partie du cerveau touchée. Dans l’aphasie expressive, « généralement les personnes comprennent assez bien mais ont du mal à trouver les mots », explique Brooke Hatfield, de l’American Speech Language Hearing Assocation (ASHA). Une personne utilisera alors des phrases très courtes, comme « veut nourriture », pour se faire comprendre.

Dans l’aphasie réceptive, « les mots viennent facilement, mais ce ne sont pas forcément les bons. Et il est compliqué pour ces personnes d’entendre ce qu’elles disent » et donc d’être conscientes de leurs erreurs, explique Mme Hatfield. Enfin, l’aphasie globale engendre de très grandes difficultés tant de parole que de compréhension.

Comment y faire face ?

Après un AVC, une partie des capacités à communiquer peuvent revenir rapidement durant les premiers mois. Mais souvent, des difficultés subsistent au-delà. Des thérapies de rééducation du langage peuvent permettre de récupérer davantage. Certaines apprennent comment contourner un mot manquant, par exemple.

L’entourage est par ailleurs encouragé à la patience, à utiliser des phrases simples, à minimiser le bruit ambiant, à stimuler la personne en l’incluant dans des conversations, et surtout à ne pas la stigmatiser. L’aphasie n’est pas un problème d’intelligence ou de déficience mentale, soulignent les experts. Les personnes aphasiques sont toujours en possession de leurs connaissances et idées. Il est ainsi contre-productif de s’adresser à elles comme à des enfants.