« Brillantes » : Céline Sallette scintille de mille feux malgré l’illettrisme de son personnage

Karine, femme de ménage incarnée par Céline Sallette, est parvenue à cacher un terrible secret pendant toute sa vie professionnelle. Dans Brillantes, Sylvie Gautier confronte cette maman d’un fils de 17 ans à un mensonge qui pourrait lui coûter cher quand son entreprise est rachetée par un nouveau patron et qu’on lui confie des responsabilités importantes. Elle ne sait pas lire.

L’illettrisme passionne la réalisatrice qui l’avait déjà abordé dans son court métrage Sotte en 2019. Elle livre un film engagé avec des éléments comiques qui rendent ses héroïnes incarnées par Camille Lellouche, Eye Haïdara, Souad Amidou et Julie Ferrier très vivantes. La sororité est au centre d’un récit qui décrit le quotidien d’ouvrières à la vie difficile mais dont la dignité dans l’adversité force le respect.

Des portraits de femmes émouvants

« J’aime les films de groupe où les acteurs ne servent pas de faire valoir à un seul d’entre eux », explique Sylvie Gautier dans le dossier de presse. Elle a tenu à ce que son personnage principal ne soit jamais considéré comme une victime et trouve une véritable solidarité auprès de ses collègues. « Pour moi, ces filles sont brillantes. Elles doivent être fières d’elles », dit-elle pour expliquer le titre du film.

La pression que subit l’ouvrière fait qu’on prend rapidement son parti ce qui rend le film très émouvant. Brillantes ne joue jamais sur le terrain du misérabilisme. C’est l’une des forces de Sylvie Gautier que d’avoir trouvé l’équilibre entre humour bon enfant et portraits de femmes d’une justesse admirable.