Brexit : L’« arrêt de l’immigration » au Royaume-Uni a-t-il provoqué la hausse des salaires de 8,8 % ?

« Il y a eu une conséquence à l’arrêt de l’immigration, notamment clandestine, en Grande-Bretagne, c’est une augmentation de 8,8 % des salaires. » Marine Le Pen, candidate à la présidentielle de 2022, a cité l’exemple du Royaume-Uni pour appuyer ses propositions contre l’immigration, jeudi sur RTL. Des propos qu’elle a elle-même partagés sur Twitter à la suite de son intervention.

Son interlocuteur, le journaliste François Lenglet, spécialisé en économie, a immédiatement relativisé les propos de la candidate du Rassemblement national : « Concomitance, n’est pas conséquence. Les salaires augmentent aussi […] en Allemagne. Et au Royaume-Uni il y a une inflation qui est beaucoup plus forte. »

Dans les commentaires, Marine Le Pen a reçu le soutient de nombreux partisans d’extrême droite. Mais pour ses opposants, il s’agit là d’un mensonge. « Les salaires augmentent aussi dans tous les autres pays d’Europe !!! Ça n’a donc rien à voir, c’est conjoncturel… » Certains internautes sont plus moqueurs : « C’est surtout que personne voulait faire le travail des immigrés au même tarif. »

Les données énoncées par Marine Le Pen sont-elles exactes ? 20 Minutes fait le point.

FAKE OFF

Selon un récent rapport de l’Office national des statistiques (ONS), basé au pays de Galles, les salaires de l’ensemble des Britanniques ont effectivement augmenté de 8,8 % sur 2021. Pour autant, Sarah Schneider-Strawczynski, chercheuse spécialisée dans les questions économiques liées aux migrations internationales, a expliqué à 20 Minutes que les propos de Marine Le Pen sont « erronés ».

Tout d’abord, la notion d’« arrêt de l’immigration » en Grance-Bretagne est contredite par les faits. « Si l’on regarde les derniers chiffres, en juin 2021, le Royaume-Uni a délivré 172.000 visas de travail – en augmentation de 19 % par rapport à juin 2020 –, ainsi que 216.000 visas et permis accordés pour des raisons familiales. On est loin d’un arrêt de l’immigration en Grande Bretagne. » Et ce malgré le départ de quelque 200.000 citoyens européens du Royaume-Uni en raison du Brexit.

Quant à l’immigration clandestine – pour laquelle il n’existe pas de statistiques précises –, la tendance est aussi à l’augmentation, si l’on en croit les récents chiffres communiqués. « Le ministère de l’Intérieur a déclaré dimanche [26 septembre 2021] que 669 personnes avaient traversé la Manche avec 22 bateaux », relatait la BBC le mois dernier. « Jusqu’à présent, au moins 17.063 personnes ont traversé dans de petits bateaux en 2021, contre un peu plus de 8.460 l’année dernière. »

Pas de lien entre l’immigration et les niveaux de salaire

Concernant le volet « salaires » de la déclaration de Marine Le Pen, Sarah Schneider-Strawczynski souligne qu’il n’y a « aucun consensus en économie des migrations sur le fait que l’immigration aurait un impact négatif sur la baisse des salaires. Une hausse des salaires pourrait également être expliquée par une infinité d’autres chocs économiques ».

Plusieurs autres raisons peuvent expliquer la hausse des salaires constatée outre-Manche, à savoir la levée des restrictions sanitaires, comme l’explique l’ONS : « L’impact net des récentes pertes d’emplois [liées au Covid-19] est d’augmenter l’estimation du salaire moyen. » De plus, la main-d’œuvre manque depuis quelques mois au Royaume-Uni, et de nombreux postes restent vacants. The Guardian a relevé, en août, que certaines entreprises sont prêtes à offrir des sommes importantes pour tenter les candidats. Une situation qui participe également à la hausse des salaires.