Bretagne: Le coup de gueule d’un maire contre le Loto du patrimoine

Datant du XVe siècle, l’église de la Baussaine, au nord de Rennes, se trouve dans un état très alarmant. — La Baussaine

  • Le maire de la Baussaine comptait beaucoup sur le Loto du patrimoine pour financer les travaux de rénovation de son église.
  • Il va finalement recevoir 59.000 euros alors qu’il en attendait beaucoup plus.
  • La Fondation du patrimoine indique que d’autres subventions en provenance du ministère de la Culture lui seront allouées.

Cela aurait dû être un joli cadeau de Noël. Mais en recevant un courrier de la Fondation du patrimoine le 27 décembre, le maire de La Baussaine, au nord-ouest de Rennes, a un peu déchanté. « Ils m’ont annoncé que la commune allait percevoir 59.000 euros pour la rénovation de l’église », indique le maire, un peu amer.

S’il est fumasse, c’est que l’élu attendait beaucoup plus de la mission Bern, qui vise à financer la rénovation des sites en péril. C’est le cas de l’église Saint-Léon de la Baussaine, datant du XVe siècle et inscrite au titre des monuments historiques.

Une infiltration d'eau au niveau du chœur de l'église rend l'édifice dangereux. Une infiltration d’eau au niveau du chœur de l’église rend l’édifice dangereux. – La Baussaine

Une infiltration d’eau au niveau du chœur a rendu l’édifice fragile. Mais la rénovation complète a un coût, estimé à 1,2 million d’euros. Une somme impossible à financer pour cette petite commune de 650 habitants.

L’incertitude concernant la suite des travaux

Alors quand l’idée d’un Loto du patrimoine a vu le jour, Jérémy Loisel a tout de suite saisi l’opportunité. Avec succès puisque l’église de la Baussaine a été retenue dans la liste des 269 monuments en péril inscrits. « On leur a dit qu’il nous manquait 400.000 euros pour la rénovation. Alors quand j’ai vu le chiffre de 59.000 euros, cela a été la douche froide », assure le maire.

« Je ne dis pas que c’est rien, mais ce n’est quand même pas grand-chose au vu de nos besoins », poursuit l’élu. Avec le recul, il regrette cependant « d’avoir fondé trop d’espoirs » sur ce Loto du patrimoine.

En attendant, les travaux de mise en sécurité de l’église se poursuivent dans la commune. Mais pour la suite, c’est le grand flou. « La question de la rénovation complète est en suspens », indique le maire, qui a fait part de mécontentement à Stéphane Bern et à la Fondation du patrimoine. « Je m’interroge surtout pour savoir où est passé l’argent du Loto du patrimoine et comment la répartition s’est faite entre les sites », indique Jérémy Loisel.

Des subventions supplémentaires du ministère

Contactée, la Fondation du patrimoine se défend. « La mission Bern n’était pas là pour prendre en charge la totalité des travaux de rénovation », indique-t-on en interne. Elle explique aussi que les monuments non protégés ont été « mieux dotés » (40 % de leur besoin en financement) que les édifices inscrits ou classés qui vont percevoir respectivement 20 % et 10 %.

Ces derniers vont en effet bénéficier de subventions supplémentaires accordées par le ministère de la Culture par le biais des directions régionales des affaires culturelles (Drac). En tout, ce sont 14 millions d’euros qui seront à répartir entre les différents monuments en péril.

Culture

Franck Riester répond à Stéphane Bern sur le Loto du patrimoine