Brest-FC Nantes : Coup de tonnerre… Kombouaré « impressionné » par la perf’ de ses joueurs

Blas a inscrit le deuxième but nantais face à Brest. — Fred TANNEAU / AFP
  • Les Canaris sont allés s’imposer tranquillement (1-4) à Brest ce dimanche après-midi.
  • L’entraîneur nantais Antoine Kombouaré s’est dit « impressionné par la performance de ses joueurs ».
  • Nantes est toujours 18e de L1 avec deux points d’avance sur Nîmes, 19e.

Les Canaris accélèrent au meilleur moment. Ce dimanche, le FC Nantes est allé créer une petite sensation en s’imposant 4-1 sur le terrain de Brest. Pour la première fois de la saison, le club nantais enchaîne deux succès après la victoire (1-2) à Strasbourg il y a une semaine.

Avec ce septième succès conjugué au nul (2-2) de Nîmes sur sa pelouse face à Reims, Nantes conforte sa place de barragiste (18e) éloignant un peu le spectre de la relégation directe en L2 (deux points d’avance sur le 19e Nîmes). « Je suis impressionné par la performance de mes joueurs, a analysé à l’issue de la rencontre l’entraîneur Antoine Kombouaré. On était venus ici pour gagner, pour marquer des buts, mais autant je ne pensais pas. Si mes joueurs sont capables de me surprendre comme ça, je prends ! »

« La confiance est revenue »

Ce dimanche, les Canaris, pourtant privés prématurément de leur défenseur central Jean-Charles Castelletto blessé au dos (11e), ont construit leur victoire au stade Francis-Le-Blé avec méthode et un certain brio. Articulé en 4-2-3-1 avec un milieu toujours aussi joueur et juste avec le duo Louza-Chirivella, Nantes a tout de suite mis sa patte sur ce match avec une ouverture du score de Moses Simon (0-1, 15e), consécutif à une faute de main du gardien de but brestois Gautier Larsonneur sur un tir vicieux d’Imran Louza.

Face à des Brestois hors du coup, Ludovic Blas a donné encore plus de confiance à ses coéquipiers en doublant la mise d’un boulet de canon à la 27e (0-2) à l’entrée de la surface de réparation. Appliqué, Nantes n’a jamais semblé être pris de vitesse, hormis sur une frappe de Romain Perraud à la 16e. « Brest n’a pas fait un grand match mais on y est pour beaucoup aussi, a ainsi estimé Kombouaré. Il fallait être capables de gagner deux fois de suite, ce qu’on n’avait jamais fait cette saison. Cela veut dire que la confiance est revenue. Et l’efficacité aussi. On a été très costauds en défense et chirurgicaux en attaque, on a marqué sur les deux premières situations. »

Imran Louza régale

Même application dans le jeu, même conséquence au tableau d’affichage en seconde mi-temps. « C’est la première fois qu’on fait deux mi-temps solides, dira même le coach nantais. C’est constant dans l’effort, dans la simplicité du jeu aussi. » Avec un symbole : Imran Louza. Le milieu de terrain a rayonné à son poste de relayeur en fluidifiant la circulation de balle nantaise. Décisif sur le premier but nantais, Imran Louza, bien servi par Moses Simon, a fait preuve de précision et lucidité pour tromper d’une frappe sèche du gauche Gautier Larsonneur à la 56e (0-3, 56e).

Euphorique offensivement, Nantes inscrivait même un quatrième but (pour la première fois de la saison) sur penalty grâce à Kalifa Coulibaly (faute de Larsonneur sur Kolo Muani) six minutes plus tard (0-4, 62e). Malgré la réduction de l’écart de Romain Faivre (1-4, 83e), Alban Lafont se montrait lui décisif dans sa cage en sortant plusieurs parades.

Nantes, qui possède quatre points de retard sur Lorient (17e) et Strasbourg (16e), a-t-il les moyens de s’en sortir, sans même passer par les barrages ? Antoine Kombouaré a presque hâte d’être à samedi (13 h) pour la réception de Bordeaux. « J’attends mes joueurs le week-end prochain. Il faut confirmer, on n’a pas le choix, on a pris tellement de retard ! On s’est fait très peur la semaine dernière à Strasbourg, on est passés pas loin de la catastrophe et on s’est dit «plus jamais ça». » 

12 partages