Bouches-du-Rhône: Une centaine de tonnes de poissons morts ramassée, «je ne peux que le subir» estime le maire

Un tas de cadavres de poissons sur le bord de l’étang du Bolmon. — Adrien Max / 20 Minutes

  • Les employés municipaux de Marignane s’affairaient ce lundi matin à ramasser les milliers de cadavres de poissons retrouvés morts dimanche sur l’étang de Bolmon.
  • Selon le maire, Eric Le Dissès, le manque d’oxygène dans l’eau serait à l’origine de ces décès.
  • Il milite pour la réouverture du tunnel du Rove qui permettrait à l’eau de circuler et d’être de meilleure qualité.

De longues cuissardes aux pieds, des sacs-poubelle dans les mains. Depuis ce lundi matin 8h30, agents municipaux et pêcheurs professionnels arpentent les berges de l’étang de Bolmon, à Marignane, dans les Bouches-du-Rhône. Ils ramassent, dans une odeur pestilentielle, les cadavres de poissons que le maire de la commune, Eric Le Dissès, a découverts dimanche matin.

Ils entassent les cadavres sur les berges en attendant que l’équarrisseur vienne les chercher. Un gros tas de poissons recouverts de mouches se trouve à quelques dizaines de mètres de la cabane d’Alain. Lui qui passe ses journées dans ce cabanon posé sur les rivages de l’étang, n’est pas forcément étonné de ce que le maire qualifie de « petite catastrophe écologique ».

« Ca fait bien longtemps que je ne pêche plus tellement l’eau est pourrie et polluée. Il y a trois ans déjà, ils avaient ramassé plusieurs tonnes de poissons morts », relate le retraité.

Une centaine de tonnes de poissons ramassés

Cette année, c’est une centaine de tonnes de cadavres qui seront ramassés, selon Eric Le Dissès. « En général, ça n’arrive pas aussi tôt dans l’année, là c’est très mal parti. La canicule est à l’origine de ces morts, mais d’autres lacs et étangs l’ont subie sans pour autant connaître les mêmes pertes. L’eau ne circule pas dans l’étang, et dès un épisode de canicule, l’oxygène vient à manquer dans l’eau. Il y a également des résidus de pollution qui stagnent au fond, sans pouvoir être évacués », avance-t-il.

Il plaide depuis longtemps pour la réouverture du tunnel du Rove qui permettait, avant son éboulement, à l’eau de la mer Méditerranée de circuler vers les étangs de Berre et de Bolmon, simplement séparés par une digue. « Nous attendons le feu vert de l’Etat mais monsieur Hulot a déclaré devant l’Assemblée que l’étang de Berre n’était qu’un étang d’eau douce complètement pollué. Pourtant, le pavillon bleu [signe de bonne qualité de l’eau] est hissé juste de l’autre côté de la digue », regrette-t-il.

« Pas d’autre choix que de subir »

« Ça fait 30 ans que ça dure cette histoire. On est capable de creuser le tunnel sous la manche, et là on n’est pas capable de déblayer 50 mètres d’un tunnel », se désole Alain. En attendant une telle décision, le maire s’affaire pour sauver ce qui peut encore l’être : « On s’occupe de la colonie de cygnes, en leur donnant à boire dans des bassines parce qu’ils risquent aussi d’être impactés par la canicule, et contaminés par les bactéries des poissons morts. Ils ont l’air d’aller mieux que dimanche, c’est une bonne nouvelle. »

Il faudra « une bonne semaine de boulot » pour récupérer tous les cadavres de poissons et rendre l’aire de jeux aux enfants pour le début des vacances scolaires. Mais Eric Le Dissès redoute de vivre d’autres épisodes de canicule.

« Je le crains, mais je n’ai pas d’autres choix que de le subir », estime-t-il.

D’ici là, l’étang aura au moins servi à quelque chose. Pendant que les employés gorgeaient leurs sacs de cadavres, les pompiers remplissaient, eux, leur hélicoptère bombardier d’eau pour éteindre un incendie survenu au bord de l’aéroport de Marignane.

Planète

Bouches-du-Rhône: Des milliers de poissons retrouvés morts dans un étang, la canicule en cause?

Planète

VIDEO. Bouches-du-Rhône: L’épisode «exceptionnel» de pollution « s’inscrit dans la durée», la circulation différenciée reconduite à Marseille

11 partages