Bordeaux : Tarification, extension du tram et vélos en libre-service, voici les dossiers chauds de TBM en cette rentrée

La facture énergétique s’annonce salée pour le réseau de transport de la métropole de Bordeaux TBM. Lors de la conférence de presse de rentrée, ce mardi, le directeur de Keolis Bordeaux, Pierrick Poirier, a annoncé « un surcoût de l’ordre de 20 à 25 millions d’euros » pour l’année 2023, en raison de la hausse du prix de l’électricité « qui a été multiplié par cinq ou six » et de celle du gaz « multiplié par trois ». Sur le réseau « l’énergie de traction représente 90 % des besoins en énergie » précise-t-il.

Cela va-t-il se ressentir sur les tarifs ? Rien n’est décidé pour le moment. Mais la vice-présidente de la métropole en charge des transports en commun, Béatrice de François, ne cache pas que cette option est sur la table, « après trois années sans hausse », précise-t-elle. « Je suis toutefois certaine que le président de la métropole demandera que cela reste plus que raisonnable, pas plus de 2 %, si augmentation il y a. » Verdict en mars prochain.

Le tram A ira à l’aéroport au printemps 2023

L’année 2023 sera marquée par un autre événement, plus positif celui-là, puisque l’élue a annoncé que l’inauguration de l’extension du tram A vers l’aéroport se fera au printemps prochain. « Il y aura dès janvier un mois d’essai, puis deux mois de marche à blanc, avant l’ouverture de la ligne au public. » Le lancement de la ligne de bus express entre la gare Saint-Jean et Saint-Aubin-de-Médoc en passant par Saint-Médard-en-Jalles, attendra, elle, le printemps 2024. Des bus 100 % électriques équiperont cette nouvelle ligne.

Sur la fréquentation du réseau, le trafic « est en train de revenir à la normale » après la crise sanitaire qui avait vu une forte baisse du nombre de voyageurs. « A fin août, nous avons retrouvé le niveau de trafic de 2019 avec 108,5 millions de voyages (+ 0,21 %) » indique Pierrick Poirier. A noter cependant des changements de comportement puisque, parmi les abonnés, « nous constatons que la population jeune reste stable par rapport à 2019, en revanche nous observons une baisse chez les adultes (- 11,8 %), ce qui correspond à l’évolution du télétravail. »

Quel avenir pour le service de vélos en libre-service V3 ?

La métropole et Keolis se posent par ailleurs la question de l’avenir du service de vélos en libre-serice V3. « Nous sommes passés d’1,3 million d’emprunts en 2019, à 900.000 à fin août, soit une baisse de 30 % », constate Pierrick Poirier. Cela est dû selon le directeur de Keolis à « l’usage du vélo qui se démocratise, avec notamment le développement du free-floating ».

Le free-floating, c’est aussi du scooter et de la trottinette. De nouveaux usages qui entrent parfois en conflit avec le réseau de tramway. « Nous relevons davantage de collisions avec des piétons, des deux-roues et des trottinettes », pointe Pierrick Poirier. De janvier à août, il y a eu 27 accidents avec des piétons, contre 38 pour toute l’année 2019, 19 accidents avec des vélos contre 30 en 2019, et 5 avec des scooters, soit autant qu’en 2019.

Nouvelle expérimentation en matière de sécurité

« Notre nouvel enjeu est de sensibiliser ces nouveaux utilisateurs à notre réseau, c’est pourquoi nous continuons les expérimentations en matière de sécurité. Après les fameuses rames-flash qui envoient des signaux lumineux, et qui équipent désormais toutes nos rames, nous testons de nouveaux systèmes de passages piétons, dont quatre sont déployés sur les quais, pour alerter les personnes qui traversent les voies du tram. » S’il s’avère concluant, ce test pourrait se généraliser à d’autres villes.

Sur la question du manque de personnel, qui avait obligé le réseau TBM à abaisser son offre de transport durant une semaine au tout début du mois de septembre, Keolis assure que « tout est rentré dans l’ordre » même s’il reste encore 35 conducteurs à recruter d’ici à la fin de l’année.