Bordeaux-Metz : «La victoire, pas la manière», les Girondins font le strict minimum (2-0)

Nicolas De Préville et Jimmy Briand ont inscrit tous les deux un but face à Metz. — Mehdi Fedouach / AFP

  • Les Girondins s’imposent 2 à 0 face au promu messin avec des buts de Briand et De Préville.
  • Malgré cette victoire, Paulo Sousa n’a pas aimé la performance de son équipe qui s’est très vite relâchée après un excellent début de match.
  • En attendant mieux dans le contenu, les Bordelais poursuivent leur série d’invincibilité et repassent dans la première partie de la Ligue 1.

Parfois certains se satisfont de peu, Paulo Sousa n’est pas de ceux-là. Et c’est peut-être pour ça que le Portugais a fait une grande carrière de joueur. Il connaît l’exigence du (très) haut niveau. Alors ce n’est sûrement pas une victoire en trompe l’œil des Girondins de Bordeaux face au promu messin (2-0) qui va le faire sauter de joie : « La victoire me fait beaucoup plus plaisir que la performance ! » En effet, il y a beaucoup à redire sur celle-ci.

A part les vingt premières minutes menées tambour battant et concrétisées par deux buts de Briand et De Préville, les Bordelais ont rendu une copie plus que moyenne. « C’était important de bien commencer car après on s’est relâché. Le coach nous a mis un coup sur la tête [à la mi-temps]. Le résultat est là mais pas la manière », analysait justement le défenseur Enock Kwateng.

La mentalité, le (très) gros chantier de Sousa

Erreurs techniques, mauvais choix, pertes de balle… Impossible d’avoir le contrôle du match dans ces conditions. Et ça Paulo Sousa n’a vraiment pas aimé : « On a perdu toute notre intensité. On a beaucoup trop reculé. Seul Otavio essayait de sortir sur l’adversaire. Je ne suis pas content. On a juste été bien organisé. C’est la plus grande satisfaction de la soirée, c’est de ne pas avoir pris de but. »

Alors comment expliquer cette soudaine extinction des feux ? Pour le Portugais tout est une question de « mentalité » car « il faut développer une certaine culture avec les joueurs mais aussi dans tout le club. » Cette culture de ne jamais se relâcher et d’être toujours à fond. Paulo Sousa, lui, l’est depuis longtemps. Pour ses joueurs en revanche, il réclame « du temps et de la patience. » Mais jusqu’où ira sa patience ?

La bonne série, elle, se poursuit

Reste que d’un point de vue comptable, les Girondins continuent leur marche en avant. Une deuxième victoire cette saison, un quatrième match sans défaite et une place dans la première partie du championnat après cinq journées de Ligue 1. C’est déjà pas mal quand on sait d’où vient cette équipe. « Le match de Lyon est pour moi, une référence donc il fallait rester sur ces bases-là. La confiance, elle est là, c’est clair. Maintenant, on va vite se remettre au travail », Enock Kwateng a en tout cas bien retenu la leçon de son entraîneur.

Il vaut mieux car face à Brest et Amiens, l’opposition sera sûrement un peu plus élevée. Et on ne parle même pas du PSG à la fin du mois. On peut déjà le dire, ce jour-là, jouer 20 minutes ne suffira pas. Mais vraiment pas du tout. Et ça Paulo Sousa l’a bien compris.

Sport

OL-Bordeaux: Sécurisés par Laurent Koscielny, les Girondins prouvent qu’ils sont « capables de rivaliser » avec les gros

Sport

Girondins de Bordeaux : Younousse Sankharé vers un licenciement ? Il a rendez-vous avec la direction ce jeudi

55 partages