Bordeaux : Les élus « surpris » et « perplexes » après la démission d’un adjoint pas à l’aise avec la campagne du maire sortant

Jean-Louis David, adjoint au maire de Bordeaux, en charge de la vie urbaine — M.Bosredon/20Minutes

  • Un adjoint au maire élu depuis 30 ans a annoncé sa démission dans la presse à quatre mois des élections municipales.
  • Il pointe un désaccord avec la campagne, qu’il ne juge pas assez proche des Bordelais.
  • Les deux premiers adjoints au maire se montrent surpris tout en relevant un choix personnel, loin de traduire l’ambiance au sein de l’équipe de campagne.

Elu dans la majorité municipale depuis Jacques Chaban-Delmas, fidèle juppéiste, Jean-Louis David faisait partie des indéboulonnables de la majorité municipale. Auprès du successeur d’Alain Juppé Nicolas Florian, le septuagénaire était adjoint chargé de la proximité et de la vie urbaine. A quatre mois des élections municipales, il a annoncé à Sud-Ouest qu’il quittait ses fonctions d’adjoint à cause de désaccords sur la campagne.

« C’est une surprise car il était fortement impliqué dans l’organisation, réagit Fabien Robert, premier adjoint au maire de Bordeaux. Je regrette qu’il ne finisse pas son mandat ».

« Le maire est tous les jours sur le terrain »

Alors que d’autres « anciens » de la majorité ont annoncé qu’ils ne participeraient pas au prochain mandat, Jean-Louis David a choisi, lui, de démissionner sans attendre. « Je ne me sens pas bien dans le dispositif de la campagne », a-t-il justifié auprès de nos confrères de TV7, jugeant cohérent de se retirer dès maintenant. Sans remettre en cause la légitimité de Nicolas Florian, il estime que la campagne doit être plus proche de la vie quotidienne des Bordelais.

« Il alerte sur la proximité et il a raison mais le maire est tous les jours sur le terrain, et c’est quelqu’un d’empathique qui écoute ce qu’on lui dit », note Fabien Robert. « Je n’ai pas très bien compris ce qu’il reproche à la campagne, réagit Alexandra Siarri, deuxième adjointe au maire. Je suis un peu perplexe ». L’un et l’autre écartent qu’un enjeu sur les places au sein de la future liste du candidat Florian puisse expliquer sa démission, soutenant qu’il est beaucoup trop tôt.

De son côté Pierre Hurmic, conseiller municipal d’opposition (EELV) depuis 1995 et en tête de la liste écologiste pour les municipales estime que Jean-Louis David pointe « une certaine faiblesse de la stratégie de campagne, qu’il considère engagée sur de mauvais rails. Il dit bien que Florian peut gagner seulement s’il tient compte de son alerte ».

Alors que le maire sortant a annoncé un renouvellement à 50 % de la prochaine liste pour les municipales, favorisant l’émergence de nouvelles têtes, souvent plutôt jeunes, l’élu ne s’est peut-être plus senti à sa page. « La campagne commence juste et il y avait toute sa place », s’étonne Alexandra Siarri. « Il faut dire aussi que c’est une campagne inédite, commente Fabien Robert, en 71 ans on a eu deux maires (trois avec Hugues Martin) avec une forte stabilité. On ne peut pas dire qu’il y avait de l’incertitude en 2008 et 2014 ».

Les deux premiers adjoints réfutent en bloc de possibles tensions au sein de la majorité municipale, se rangeant à l’avis du maire d’un « choix personnel » de l’élu. D’autres adjoints de la majorité, contactés par 20 Minutes, n’ont pas souhaité s’exprimer sur cette démission. Jean-Louis David, sollicité par 20 Minutes, a fait part de son émotion à tourner la page après 30 ans en politique. « Je dois faire mon deuil », a-t-il conclu.

Bordeaux

Bordeaux : Un adjoint élu depuis Chaban-Delmas quitte ses fonctions à cause de désaccords sur la campagne de Nicolas Florian

Municipales

Municipales 2020 à Bordeaux : Pistes cyclables, barges, minibus, tunnel… Comment LREM veut mettre fin aux bouchons sur la métropole ?

0 partage