Booba vs Kaaris: Incarcération, procès, octogone… Le «combat du siècle» pour les Nuls

Les rappeurs Kaaris et Booba. — SADAKA EDMOND/ LAURENT BENHAMOU/SIPA

  • Il y a un an jour pour jour, B2O et K2A se bagarraient en plein aéroport d’Orly.
  • Incarcération, octogone… Il s’en est passé des rebondissements depuis la bagarre.

Souvenez-vous. Alors que la torpeur estivale envahissait peu à peu la France, un événement aussi soudain qu’imprévisible secouait le 1er août 2018 : la bagarre d’Orly. Ou comment deux rappeurs français, Booba et Kaaris, ont foutu un bordel monstre au milieu du Hall 1 de l’aéroport parisien, se frappant à coups de flacons de parfum Allure Homme Sport. Des minutes de chaos qui ont bien entendu été immortalisées par des dizaines et des dizaines de passagers en transit, et aussitôt relayées sur les réseaux sociaux…

Un an plus tard, où en sont les protagonistes de cette histoire ? Booba et Kaaris ont-ils enfin fait la paix ? Incarcération, procès, octogone, il s’en est passé des choses ces douze derniers mois… 20 Minutes rembobine la cassette.

Chapitre 1 : La zonzon

Aussitôt interpellés et placés en garde à vue, les deux rappeurs, et leurs clans respectifs, sont jugés en comparution immédiate trois jours après la rixe. Mais nouveau rebondissement, si les artistes pensent pouvoir profiter des beaux jours après quelques heures seulement à l’ombre, ils se mettent le doigt dans l’œil. Pointant une « animosité persistante entre les deux groupes », et le risque de nouvelles altercations, le président de la Cour ordonne  le placement des 11 prévenus en détention provisoire : Booba et son clan à Fleury et Kaaris et le sien à Fresnes. Rendez-vous le 6 septembre 2018 pour la prochaine audience.

Chapitre 2 : Le procès

Après 20 jours derrière les barreaux, les deux artistes finissent par être  remis en liberté et placés sous contrôle judiciaire, avec interdiction de quitter le sol français et une remise de caution de 30.000 euros. Chacun reprend alors le cours de sa vie, comme si de rien n’était, Booba arrive d’ailleurs en l’espace de quelques semaines à se clasher avec Damso et Karine Le Marchand. Mais le 6 septembre, la sentence tombe :  douze mois de prison avec sursis sont requis contre les deux rappeurs, qui nient toux deux être à l’origine de la rixe. « Ce qui est acquis au débat, c’est que [Booba] a porté le premier coup. Mais aussi que c’est [Kaaris] qui est allé à son contact pour engager l’altercation », a justifié le procureur en les comparant à des « petits-bourgeois du clash », « des artistes qui n’assument pas (…) et offrent un spectacle indigne ».

Le verdict est rendu un mois plus tard, le 9 octobre : Booba et Kaaris écopent chacun de 18 mois de prison avec sursis pour « violences volontaires » et « vols en réunion », et d’une amende de 50.000 euros. Quant à leurs proches, ils sont condamnés à des peines allant jusqu’à 12 mois de prison avec sursis. Fin de l’histoire ? Si seulement…

Chapitre 3 : L’octogone

Alors que Kaaris fait appel, Booba reprend les chemins de la scène, dont un monumental Paris La Défense Arena. Et aussi, son appartement de Boulogne se fait cambrioler. Jusque-là, rien de très transcendant. Et alors que le monde pensait que la bagarre n’était plus qu’une vague parenthèse, le 25 décembre, le petit papa noël apporte le plus beau des cadeaux : l’octogone. Sur Instagram, Booba relance les hostilités et se dit « prêt à prendre [Kaaris] sur un ring ». « Je suis sûr qu’on peut remplir Bercy les doigts dans le nez ! On pourrait reverser les fonds à une association (à définir) et aussi reverser une partie à Armand pour qu’il puisse payer son amende de 50 000 euros puisque son nouvel album ne vendra pas grand-chose vu son niveau actuel. Je suis très sérieux ! 2 mois de préparation et on y va », ajoute-t-il C’est alors que Kaaris fait la désormais célèbre proposition : « un octogone sans arbitre sans règles ». Booba accepte. Cyril Hanouna se propose d’organiser le combat.

Chapitre 4: Le blabla

Après ces excitantes fêtes de fin d’année, les six mois qui suivent enchaînent déceptions sur déceptions. Après le projet d’organiser le combat de MMA au U Arena, les deux combattants se reportent sur Bruxelles, puis la Suisse, la Tunisie… Quand l’un avance, l’autre recule, et le contrat du combat tarde à être signé. Fin mars, Booba montre même des premiers signes de lassitude. « Le Duc te déclare vainqueur de l’Octogone [sic]. Bravo à toi et toute ton équipe. Force et honneur… (…) Ça avait commencé un matin de Noël, c’était si beau… », écrit-il sur Instagram. Seul petit interlude rigolo entre deux provocations, « la clause sandwich grec » sur l’une des propositions de contrat, et l’obligation de fournir les kebabs. A part ça, du vent.

Chapitre 5 : Le combat final

Alors que tout semble au point mort, à la toute fin juillet, quasiment un an jour pour jour après la « bagarre d’Orly » (coïncidence ?), le « combat du siècle » se concrétise. Le contrat est enfin signé par les deux parties, l’octogone se déroulera le 30 novembre prochain, à Bâle.

Amour, haine, violence, humour, rebondissements, suspense… Booba et Kaaris auront au moins eu le mérite de nous offrir le meilleur spectacle de la saison 2018-19. A côté, le final de GOT, c’est du pipi de chat.

Culture

La Fouine, Laurent Gerra… Un an après Orly, on a classé les clashs de Booba

Culture

Fin du suspense? Le combat entre Booba et Kaaris enfin officiel

2 partages