« Bones And All » : Timothée Chalamet croque la vie (et la chair fraîche) à pleines dents

Un couple de marginaux avec un sens de la gastronomie très particulier se partage la vedette du très réussi Bones And All de Luca Guadagnino. Le réalisateur de Suspiria redonne la vedette à Timothée Chalamet qu’il avait dirigé dans le bouleversant Call Me By Your Name.

Ce dernier est étonnant en vagabond partageant sa vie et ses repas avec une fugueuse jouée par Taylor Russell. « Je suis d’accord avec Marcel Proust pour dire que tout peut être raconté et que tout dépend de la façon dont on le fait, confie malicieusement le réalisateur à 20 Minutes. Ce film est plus une histoire d’amour entre deux jeunes gens qu’une œuvre destinée à choquer. Timmy y est impressionnant. » Effectivement,  « Timmy », surnom de Timothée Chalamet, n’a jamais été aussi charmeur et vénéneux que dans ce film qui l’est tout autant que lui.

Dévorer l’être aimé

La rencontre de deux amoureux de chair fraîche flirte avec le cinéma d’horreur tandis qu’ils parcourent les routes américaines à la recherche de proies. « J’ai tout de suite su que Timothée serait parfait pour incarner ce garçon charismatique, insiste le réalisateur. J’ai d’ailleurs construit le film autour de lui. » L’acteur révèle un côté sombre de sa personnalité dans ce road-movie horrifique, fuite en avant fascinante à laquelle participe parfois un homme inquiétant joué par Mark Rylance.

« Timmy a gagné en maturité dans son jeu comme dans sa personnalité, insiste Luca Guadagnino. L’intensité de sa prestation comme sa jeunesse donnent un cocktail irrésistible et c’est ce que j’ai eu envie de mettre en avant dans Bones And All. » Face à sa partenaire, le comédien de 26 printemps fascine et séduit mais la jeune fille n’a pas dit son dernier mot dans cette histoire gourmande. « Il n’est pas rare d’avoir envie de dévorer la personne qu’on aime, s’amuse le réalisateur. Timmy n’est pas épais mais sa viande est sans doute de très bonne qualité. »

Pour un public averti

Bones And All (qu’on pourrait traduire par « tout entier ») vise tout particulièrement les fans du comédien, « beaucoup de jeunes mais aussi des gens plus mûrs », insiste le réalisateur. Ce conte cruel, parfois très gore, est interdit aux moins de 16 ans en raison de séquences de dégustation qui risquent de couper l’appétit aux spectateurs les plus sensibles. Ou de leur donner des envies carnivores.