Bolivie: Le Mexique accorde l’asile politique à Evo Morales

Le président bolivien Evo Morales a annoncé sa démission le 10 novembre 2019. — Enzo De Luca/AP/SIPA

Evo Morales va quitter la Bolivie. Le Mexique a décidé lundi d’accorder l’asile politique à l’ex-président bolivien, a annoncé le ministre mexicain des Affaires étrangères Marcelo Ebrard. La ministre mexicaine de l’Intérieur « Olga Sanchez Cordero a décidé d’accorder l’asile politique à M. Evo Morales. Sa vie et son intégrité physique sont menacées », a déclaré Marcelo Ebrard au cours d’une conférence de presse à Mexico.

Il a précisé que le gouvernement avait été sollicité par Morales, qui a été contraint à la démission. « Il nous a demandé verbalement et de façon formelle de lui accorder l’asile politique dans notre pays », a-t-il dit. « Mexico s’est toujours distingué tout au long de son histoire pour avoir protégé ceux qui cherchaient un refuge », a conclu le ministre des Affaires étrangères mexicain.

Appel à des élections d’ici le 22 janvier

Lâché par l’armée bolivienne dimanche après trois semaines de violentes manifestations, le socialiste Evo Morales était l’un des derniers représentants de la « vague rose » qui a déferlé au tournant des années 2000 sur l’Amérique latine, faisant virer à gauche le Brésil, l’Argentine, le Chili, l’Equateur et le Venezuela. La Bolivie se trouve depuis lundi sans dirigeant. Les successeurs prévus à Evo Morales par la Constitution ont tous démissionné avec lui.

La deuxième vice-présidente du Sénat bolivien, l’opposante Jeanine Añez, appelée en vertu de la Constitution à succéder au poste de chef de l’Etat à Evo Morales après sa démission, a annoncé lundi la prochaine convocation d’une élection présidentielle afin que « le 22 janvier nous ayons un président élu ».

Monde

Bolivie: La future présidente par intérim annonce la convocation d’une élection présidentielle

Monde

Bolivie: Le président Evo Morales démissionne, premières arrestations d’ex-dirigeants

0 partage