Blanc-Mesnil : Armé d’un sabre et d’un fusil semi-automatique, il fonce vers des passants en criant « Allahou Akbar »

Deux policiers à moto. (Illustration) — Clément Follain / 20 Minutes

  • Un homme armé d’un sabre et d’un fusil semi-automatique a menacé des passants et crié « Allahou Akbar ».
  • Il a été maîtrisé par le physionomiste d’une boîte de nuit qui l’a volontairement percuté avec sa voiture.
  • Le suspect évoque une conduite guidée par une consommation excessive d’alcool.

Les raisons de son geste restent encore inconnues mais les autorités s’accordent pour dire qu’un drame a probablement été évité ce dimanche matin au Blanc-Mesnil, en Seine-Saint-Denis. Vers 7 heures, un homme de 32 ans, armé d’un sabre et d’un fusil semi-automatique, a surgi d’un buisson et s’est mis à courir en direction de fêtards qui sortaient d’une soirée privée et de fidèles qui attendaient l’ouverture de la paroisse, tous réunis sur le même parking, a appris 20 Minutes de sources concordantes, confirmant une information du Parisien. Il a été interpellé et placé en garde à vue après avoir été maîtrisé par le physionomiste de la soirée.

Ce dernier, âgé de 38 ans, avait déjà repéré l’individu, vêtu d’un treillis militaire et d’une cagoule, à plusieurs reprises au cours de la soirée. Selon ses premières déclarations, il a passé plusieurs heures dans les taillis puis vers 6 heures du matin a commencé à menacer des fêtards. Au petit matin, alors que le physionomiste vient de fermer l’établissement et se trouve sur le parking, il aperçoit l’homme armé se diriger, tout sabre dehors, vers l’église. Immédiatement, il grimpe dans sa voiture et le percute une première fois. L’homme se relève et donne un coup de sabre dans le capot du véhicule. Le physionomiste redémarre lorsqu’il aperçoit le fusil semi-automatique porté en bandoulière et le percute une seconde fois. Une fois l’homme à terre, il le maîtrise avec l’aide d’autres passants. L’assaillant, qui n’a pas été blessé, a été interpellé quelques minutes plus tard.

Deux autres armes retrouvées à son domicile

« Mon client a déjà eu à gérer des bagarres, y compris au couteau mais jamais il n’avait fait face à un tel danger. Il a eu un geste instinctif lorsqu’il a vu les armes », indique Me Karim Morand-Lahouazi, qui, outre le physionomiste, défend également trois autres personnes, témoins de la scène. Lors de la perquisition au domicile de Villemomble de l’assaillant, les enquêteurs ont découvert un fusil à pompe et un fusil semi-automatique. Une enquête a également été ouverte pour identifier la provenance de ces deux armes non déclarées.

En dépit de ces éléments, l’affaire n’a pas été transmise au parquet national antiterroriste. « Nous avons la certitude que le gardé à vue n’a absolument pas de profil terroriste. Aucun élément lors de la perquisition de son domicile ou dans son dossier ne tend vers cette piste », précise le parquet de Bobigny. Quid du fait qu’il est crié « Allahou Akbar » ? Selon nos informations, l’homme a justifié, lors de sa garde à vue, son comportement par son état alcoolique. Il a indiqué avoir bu dans la soirée une bouteille de vodka avant d’écumer les bars du département. Lors de son interpellation, l’homme présentait un taux d’alcoolémie de près de 2 grammes par litre de sang.

L’expertise psychiatrique n’a pas révélé de troubles en dehors de ceux causés par sa consommation d’alcool, précise le parquet. « La question qui se pose: est-ce qu’il s’est alcoolisé pour se donner du courage avant de commettre un acte de guerre ou a-t-il agi ainsi sous l’emprise de l’alcool ? », interroge Me Karim Morand-Lahouazi. Les investigations ont été confiées à la police judiciaire de Seine-Saint-Denis.

Faits divers

Paris : Un homme crie « Allahou Akbar » pendant une séance de cinéma

Société

La Rochelle : Interpellé alors qu’il criait « Allahou akbar » dans la rue

7 partages