Ballon d’or : Pourquoi ce sacre de Benzema est quasiment perçu comme un titre par les supporteurs de l’OL

Un possible gros coup de clim s’est abattu dès lundi soir à Lyon. « Je vais prendre ma retraite au Real Madrid. Il n’y a aucune autre option pour moi », a en effet confié Karim Benzema à la radio espagnole Onda Cero, juste après avoir reçu son premier Ballon d’or au théâtre du Châtelet. Les supporteurs de l’OL doivent donc une bonne fois pour toutes se faire une raison : 13 ans après son transfert au Real Madrid, le Brondillant ne reviendra pas boucler la boucle, sauf miracle. Il en faudrait cependant bien plus pour doucher la vague d’euphorie qui a envahi Lyon lors de cette cérémonie du Ballon d’or.

Si le club lyonnais est resté plutôt sobre sur la consécration individuelle du plus grand joueur qu’il a formé, avec quatre messages partagés sur les réseaux sociaux et une présence émue mais discrète de Jean-Michel Aulas derrière le héros lundi au Châtelet, des supporteurs ont fêté la distinction du capitaine madrilène de manière inattendue. Tout est parti du compte Memes de Lyon, qui compte 115.000 abonnés sur Instagram.

« Cette cérémonie devait selon moi être un moment marquant à Lyon, explique cet étudiant en communication de 20 ans. J’ai donc voulu rassembler tous les Lyonnais pour qu’on fête ça ensemble. Idéalement, il aurait fallu organiser tout ça en amont, mais là j’ai échangé à l’arrach’ avec le bar le Tank, lundi à 14 heures. »

« Comme si l’OL avait gagné la C1 »

Huit heures plus tard, grâce à l’importante communauté de ce compte restant anonyme et à la ferveur de la jeunesse lyonnaise, ce bar du 7e arrondissement était blindé et bouillant lorsque Zinédine Zidane a soufflé le nom de Karim Benzema à l’antenne. « On était plus de 350 personnes sur place, c’était une dinguerie, une vraie ambiance de stade avec des gens debout de partout sur les chaises, confie Memes de Lyon, en costard pour l’occasion, et qui préfère à son habitude rester masqué. On a célébré ça comme si l’OL avait gagné la Ligue des champions, c’était limite mieux même. » Euuuuuh, « limite mieux » qu’une C1 donc ? ! ? ! ?

C’est là qu’apparaissent depuis ce mardi des critiques envers un possible « FC Procuration », un peu à l’image des centaines de supporteurs marseillais ayant fêté sur le Vieux-Port la finale européenne 2020 perdue par le PSG contre le Bayern Munich (0-1). Comment les Lyonnais ont-ils pu autant s’emballer pour une récompense individuelle reçue par un talent ayant quitté l’OL dès ses 21 ans, en 2009 donc ? Et ce alors que le club de Jean-Michel Aulas reste englué à la 10e place en Ligue 1, avec une série en cours de 5 victoires et 1 nul, et un entraîneur limogé huit jours plus tôt… Gérant du Tank, bar ambassadeur du club lyonnais, Daniel Gutierrez a une explication.

C’est peut-être justement parce que l’équipe de l’OL n’apporte plus beaucoup de satisfactions à ses supporteurs qu’il y a eu une ambiance aussi festive hier. Tous ces jeunes présents, qui avaient entre 17 et 30 ans, n’ont pas connu les meilleures années de l’OL, donc je comprends que ce Ballon d’or ait pu les pousser à le fêter à la manière d’un titre collectif. »

Bron-Terraillon également en folie

Pour Estelle (24 ans), supportrice de 25 ans qui collabore avec le site du Café du Commerce, la raison ne tient pas dans cette décennie sans le moindre trophée : « Karim Benzema n’a jamais oublié l’OL. Même dans son discours du Ballon d’or, il a rappelé qu’il vivait son rêve aujourd’hui aussi grâce à l’OL. Je ne considère évidemment pas que l’OL a remporté un trophée, et ça ne fait pas oublier notre mauvais classement. Ça prouve juste qu’on sait former des joueurs qui brillent ensuite sur le plan mondial. Et les Lyonnais sont extrêmement attachés au centre de formation ».

Responsable du recrutement des jeunes à l’OL de 2002 à 2018, Gérard Bonneau est bien placé pour évoquer cette question.  « A Lyon, on est fiers d’avoir un Ballon d’or, le premier français depuis 1998. Il est de l’académie de Lyon, il vient d’un quartier, il est représentatif de ces jeunes qui aiment taper dans le ballon. Ça rend donc fiers les Lyonnais, comme les Marseillais étaient fiers du Ballon d’or de Zidane ». Une autre intense scène de liesse populaire, lundi soir dans son premier club du SC Bron-Terraillon, a prouvé ce lien indiscutable entre KB9 et Lyon, tout comme le match France-Finlande l’avait montré, en septembre 2021 au Parc OL.

Karim Benzema avait connu un accueil extrêmement chaleureux de la part des supporteurs lyonnais, le 7 septembre 2021, pour sa grande première au Parc OL à l'occasion du match France-Finlande.
Karim Benzema avait connu un accueil extrêmement chaleureux de la part des supporteurs lyonnais, le 7 septembre 2021, pour sa grande première au Parc OL à l’occasion du match France-Finlande. – Mourad ALLILI / SIPA

« Un gars de notre famille »

« Ah ça, on est un peuple tellement fier à Lyon ! Et même s’il est à Madrid, Karim nous donne encore beaucoup de force dans ses messages, que ce soit pour l’OL ou pour des rappeurs lyonnais par exemple », poursuit Memes de Lyon, qui n’avait que 7 ans quand Benzema a filé à Madrid. Le mystérieux étudiant lyonnais a même impulsé, lundi en fin de soirée, une prolongation des festivités en Presqu’île avec environ 200 supporteurs. Au menu chants, pétards, fumigènes et le classique « 6-9 la trik » hurlé comme un refrain, de la rue Mercière à l’Hôtel de Ville. Pour conclure une soirée un peu folle.

« Je pense que ça nous dépasse tous un peu, résume Estelle. C’est toujours ce principe de l’ADN OL, et Benzema, c’est l’enfant de notre ville. Son sacre donne de l’espoir à tellement de gamins. On a l’impression que c’est un gars de notre famille qui vient de gagner, et même qu’on a tous remporté le Ballon d’or ce soir. » Définitivement « le Ballon d’or du peuple » à Lyon.