Avec le froid, les chats rejoignent les chevaux dans votre moteur

En hiver, malgré le réchauffement climatique, il fait encore froid. Et l’être humain n’est pas le seul à souffrir de la baisse des températures. Si certains animaux sont naturellement équipés pour affronter la fraîcheur de cette saison, d’autres vont chercher la chaleur, quitte à se fourrer dans des recoins improbables, notamment les moteurs des voitures, alertent les gendarmes du Nord.

Pervers sous des airs mignons, les chats considèrent ce monde comme étant leur territoire. Ce monde incluant votre lit, votre canapé ou encore voiture. Et s’ils n’en sont pas encore à vous piquer les clés pour aller faire une virée entre potes, les chats d’extérieur trouvent sous le capot un lieu bien accueillant quand arrive le froid : « ils se blottissent près du moteur et y tombent endormis ou se calent entre les pièces encore tièdes », expliquent les gendarmes d’Hallennes-lez-Haubourdin. Les militaires ajoutent que c’est particulièrement le cas des « chatons qui vivent leurs premières expériences de la vie dans un environnement dont ils ne connaissent pas encore les dangers ».

Chats, blaireaux, ratons laveurs

Outre Atlantique, le problème ne concerne pas uniquement les félins. En Amérique du Nord, par exemple, il arrive souvent qu’au lieu de chats les automobilistes retrouvent des blaireaux ou des ratons laveurs dans leurs moteurs.

Mais qu’importe l’animal, les gendarmes préviennent que ce sont des histoires qui peuvent parfois très mal se terminer. Ils invitent donc chacun à vérifier qu’aucun corps étranger et vivant ne squatte sous le capot. Soit en l’ouvrant, soit en tapant du plat de la main dessus, soit claquant la portière avant de démarrer. On peut aussi faire les trois, histoire d’être sûr.