« Avatar, la voie de l’eau » : Le producteur Jon Landau livre quelques images et détails

Alors que le premier Avatar ressort au cinéma ce mercredi dans une nouvelle version à couper le souffle, le producteur Jon Landau est passé à Paris pour présenter les premières images d’Avatar, la voie de l’eau de James Cameron qui sera en salle le 14 décembre prochain. Vingt minutes d’immersion totale et de prises de vues fabuleuses en 3D dont un embargo strict interdit de dévoiler les détails. On ne peut dire qu’une chose : ça va dépoter !

« J’aimerais que les spectateurs oublient totalement la technologie quand ils verront le film », confie Jon Landau à 20 Minutes. Le producteur, qui collabore avec James Cameron depuis Titanic (1997) a pu suivre tous les changements dans ce domaine en compagnie du cinéaste. « Je qualifierais ces changements d’évolution plutôt que de révolution », précise-t-il. Des créatures fantastiques donnent déjà fort envie.

Des films indépendants les uns des autres

L’action de La Voie de l’eau se déroule une dizaine d’années après Avatar. « Il n’est pas indispensable de revoir le premier film, mais ça aide à se mettre dans le bain », précise Jon Landau. Et puis on ne boudera pas son plaisir : la version remastérisée est si belle qu’on peine à croire que le film a été réalisé il y a treize ans. James Cameron et lui ont attendu d’avoir terminé les scénarios des trois suites et d’avoir tourné une large partie de ces films pour sortir La Voie de l’eau afin de savoir exactement où ils allaient. « Les acteurs et toute l’équipe connaissent le destin des personnages, explique-t-il. Mais chaque film pourra être vu de façon indépendante. »

Les images qu’il est venu montrer replongent le spectateur dans la civilisation des Na’vis sur la planète Pandora. On y retrouve la famille Sully et leurs enfants pour de nouvelles aventures. « Le film parle d’adultes mais aussi d’adolescents métis qui cherchent leur place dans le monde », insiste Jon Landau. Une thématique qui touche James Cameron tout autant que l’immersion totale du public dans son univers aquatique et magique. « Ce film devrait pousser le public à revenir dans les salles de cinéma, prédit le producteur. Il est conçu pour offrir une expérience cinématographique sublime. » On est d’autant plus portés à le croire que les rares séquences visionnées ont laissé les premiers spectateurs en apnée, dévorés par l’impatience de voir la suite de cette suite.