Attentats au Sri Lanka: Les églises du pays resteront fermées «jusqu’à nouvel ordre»

Le sanctuaire Saint-Antoine sous haute sécurité à Colombo, le 24 avril 2019. — AFP

Fermées jusqu’à nouvel ordre. Les responsables religieux du pays ont annoncé la fermeture des églises catholiques du Sri Lanka après les lourds attentats djihadistes de Pâques, qui ont fait 359 victimes. Elles rouvriront quand les conditions de sécurité seront à nouveau réunies.

Dimanche matin, des kamikazes s’en sont notamment pris à la minorité chrétienne de l’île d’Asie du Sud en frappant trois églises en pleine célébration de la messe de Pâques, provoquant un carnage. Des explosions ont touché trois hôtels de luxe en parallèle. « Sur le conseil des forces de sécurité, nous gardons toutes les églises fermées », a annoncé un haut responsable de l’Église locale, ajoutant qu’« il n’y aura aucune messe publique jusqu’à nouvel ordre ». Les funérailles de victimes pourront se tenir lors de cérémonies à caractère privé.

Des renforts de l’armée

Avec 359 morts et quelque 500 blessés, selon le dernier bilan officiel en date, ces attentats sont parmi les plus meurtriers dans le monde depuis le 11 septembre 2001.

Colombo, la capitale du pays, est engagée dans une gigantesque traque de suspects. Le Sri Lanka a procédé à 16 nouvelles arrestations dans la nuit de mercredi à jeudi, portant le total des personnes interpellées à près de 75 depuis dimanche. L’armée a déployé des milliers de soldats supplémentaires pour épauler la police dans cette chasse à l’homme.

L’armée de terre a augmenté le nombre de ses militaires impliqués dans le dispositif de 1.300 à 6.300. L’armée de l’air et la marine ont dépêché 2.000 hommes. Colombo a reconnu une « défaillance » de l’État en matière de sécurité les autorités n’ayant pas su empêcher ce bain de sang alors qu’elles disposaient d’informations préalables cruciales.

Monde

Attentats au Sri Lanka: Les attaques ont été commises «en représailles à Christchurch», selon l’enquête

Monde

Attentats au Sri Lanka: Aucun Français parmi les victimes, une «erreur d’identité» selon le gouvernement

2 partages