Assemblée nationale : Les députés RN ne déposent pas de nouvelle motion de censure et voteront celle de LFI

Nouveau 49.3, nouvelle défiance. Pour la quatrième fois, le gouvernement a utilisé le 49.3 jeudi, dans le cadre du budget 2023. A la suite de ce nouvel usage de l’outil, les députés de l’opposition entendent, à nouveau, déposer une motion de censure contre le gouvernement. Mais cette fois, les députés RN ne déposeront pas leur propre motion de censure mais voteront celle de LFI. « Le texte déposé par le groupe la France Insoumise souligne bien que le vote en commun d’une motion de censure n’est évidemment pas une alliance politique mais bien un outil constitutionnel pour censurer le gouvernement et bloquer son budget », explique le groupe dirigé par Marine Le Pen dans un communiqué.

L’unique motion sera débattue et mise au vote vendredi à partir de 15h30, a décidé la conférence des présidents de l’Assemblée nationale. Ce texte LFI n’a quasiment aucune chance d’être adopté et de faire chuter le gouvernement, et le projet de loi de finances sera considéré comme adopté en première lecture. Il pourra passer au Sénat. Les députés RN ont déjà voté ces dix derniers jours en faveur d’une motion de censure de la Nupes puis d’une motion LFI, ce qui a provoqué un malaise dans les rangs de l’alliance de gauche et de vives critiques du camp présidentiel quant à une « collusion » avec l’extrême droite.

A gauche, les députés LFI ont fait à nouveau cavalier seul dans le dépôt d’une motion après l’annonce mercredi par Elisabeth Borne du recours à l’arme constitutionnelle du 49.3 pour faire passer sans vote le projet de budget de l’Etat en première lecture à l’Assemblée. Les alliés PS, PCF et écologistes ont des divergences sur la stratégie à adopter face à la série de 49.3.

Le texte de la motion LFI précise que « notre projet et notre vision de la société nous placent en opposition frontale avec l’extrême droite, dont les coups de communication montrent surtout l’isolement et l’opportunisme ». « On ne se sent pas visé par le terme « extrême droite » », dit-on au sein du groupe RN. « Voter la censure est la marque de tous ceux qui se placent dans l’opposition à la politique d’Emmanuel Macron », appuie le groupe dans son communiqué, en épinglant les députés Les Républicains qui « ont fait le choix de soutenir le gouvernement », en ne votant pas les motions de censure.