Assemblée nationale : Débats tendus, l’examen du texte sur la réintégration des soignants non vaccinés stoppé

L’examen de ce dossier chaud a été interrompu, et c’est bien là le cœur de la tension. Jeudi, lors d’une niche parlementaire réservée à La France insoumise (LFI), le parti d’opposition a dénoncé les « manœuvres » du gouvernement lors de l’examen de la proposition de loi sur la réintégration des soignants non vaccinés.

A coups de demandes de suspensions de séances, de rappels aux règlements et de dépôts d’amendements en rafale, le camp présidentiel a compromis la tenue du vote sur ce texte en discussion, que les oppositions semblaient en mesure de pouvoir faire adopter, contre l’avis du gouvernement.

« Tu vas la fermer ! », lance un député excédé

Résultat, la séance a été levée juste avant minuit et la proposition n’a pas pu être votée. Les agissements de la majorité ont fait sortir de leurs gonds quelques parlementaires.

« Tu vas la fermer ! », a notamment lancé dans l’Hémicycle, excédé, le député de Guadeloupe Olivier Serva (groupe Libertés, Indépendants, Outre-mer et Territoires), à l’adresse de députés Renaissance qui l’interpellaient pendant son intervention, provoquant une suspension de séance.

« Vous utilisez des subterfuges petits, comme vos idéaux, vous salissez la démocratie avec vos bassesses, vous êtes minoritaires, acceptez-le », a ensuite repris l’ancien élu LREM, qui a quitté la majorité justement parce qu’il s’indignait de l’obligation vaccinale.

« Chez nous, ceux qui ont un schéma vaccinal complet, c’est moins de 20 % », a lancé un autre élu ultramarin.

La cheffe de file des députés LFI Mathilde Panot a estimé que l’exécutif avait « franchi une ligne rouge », en prenant part « à l’obstruction » lors de la « niche parlementaire » des Insoumis.