AS Monaco-OL : En Principauté, Lyon a réussi à casser le Rocher

Memphis Depay (à g.) a été déterminant dimanche soir sur la pelouse du stade Louis-II — AFP

Au stade Louis-II de Monaco,

Pour leurs retrouvailles, quinze jours après un quart de finale de Coupe déjà explosif, Monaco et Lyon ont assuré le show dans l’affiche de cette 35e journée de Ligue 1. Cette fois, ce sont les hommes de Rudi Garcia qui l’ont emporté (2-3) et ont relancé la course à la Ligue des champions. Mais, pour le club de la Principauté, c’est le titre qui s’envole sûrement.

Monaco peut dire adieu au titre

Privé de nombreux joueurs blessés ou touchés par le Covid-19, Monaco a été freiné dans sa dynamique, qui lui permettait de croire à un titre de champion de la Ligue 1. Avec 71 points, les hommes de Niko Kovac sont désormais à cinq points de Lille, le leadeur du championnat, et quatre du PSG.

L’OL peut toujours croire à la Ligue des champions

Jean-Michel Aulas l’avait confirmé un peu plus tôt dans la journée : ce match avait tout d’« une finale ». Battus, une semaine après la défaite face à Lille, ses joueurs auraient pratiquement dit « adieu » à la Ligue des champions. Et, malgré de belles frayeurs, un carton rouge contre Caqueret et un penalty grossier de Lopes, le patron de l’OL peut toujours espérer se qualifier pour la C1. Après une entame toute en domination, mais sans but – une reprise de Léo Dubois à bout portant au-dessus à la 4e et une autre frappe de Toko Ekambi repoussée par le portier monégasque à la 15e –, la rencontre sur le Rocher virait bel et bien au cauchemar pour les hommes de Rudy Garcia (1-0, 25e, sur un but de Kevin Volland).

Memphis Depay peut partir l’esprit libre

C’est sans conteste l’homme du match côté lyonnais. L’international néerlandais, en fin de contrat à l’OL en juin, a encore été déterminant à plusieurs reprises. De retour des vestiaires, les Lyonnais sont revenus dans le match sur un exploit individuel de Memphis Depay (1-1, 58e). Et ont confirmé leur supériorité grâce à Marcelo à la 77e (2-1), à la suite d’une passe décisive du Néerlandais sur coup franc. Depay aurait également pu marquer un autre but entre temps, mais son tir était mal assuré. Sur le troisième but de l’OL, Depay n’a eu qu’à admirer le talent de Guimaraes et Cherki, auteur du but décisif à la 89e.

13 partages