Ariel Wengroff : « La crypto est faite pour les opprimés »

En 2016, Ariel Wengroff produisait Woman de Gloria Steinem, une série documentaire acclamée sur les violences faites aux femmes. Six ans plus tard, la voici chez Ledger, en charge d’écrire l’histoire de ce champion français de la sécurisation du Web3.

Vous étiez l’une des productrices américaines très en vue. Pourquoi avoir rejoint Ledger ?

Quand je travaillais dans les médias, j’ai vu l’émergence de l’économie des créateurs. Et il m’a semblé très clair que le Web 2.0 n’offrait pas l’infrastructure nécessaire pour permettre à ces créateurs de tirer plein profit de leurs contenus. Le Web3 est l’avenir de cette économie. La blockchain a la capacité de récompenser les communautés pour leur participation.

Le Web3 peut-il inclure ceux que les Web1 et 2.0 ont laissé de côté ?

La crypto et le Web3 sont faits pour les opprimés. Les voix les plus fortes sont peut-être, aujourd’hui, celles des gens qui ont plus de ressources, mais la vérité, c’est que beaucoup d’utilisateurs de cryptomonnaies n’avaient jamais eu leur chance jusque-là dans le système financier actuel. Simplement parce qu’il est conçu contre eux.

Un Web plus accessible, cela passe par quoi ?

Par deux points importants. D’abord nous devons continuer à créer des produits accessibles et faciles à utiliser. Chez Ledger, nous travaillons sur ce sujet, notamment pour faire en sorte que, en fonction de vos capacités physiques, vous puissiez toujours voir nos écrans ou utiliser nos boutons. Le second point, c’est l’éducation et particulièrement l’éducation gratuite. Nous avons ainsi conclu un partenariat avec The Sandbox, où nous avons créé un jeu [School of Block]. A travers lui, nous avons délivré près de 100.000 certifications en moins de deux mois, ce qui signifie que 100.000 personnes de plus ont compris comment participer au Web3 et rester en sécurité.