ArcelorMittal : Après un nouvel incident, la préfecture met la pression sur l’usine de Fos-sur-Mer

La préfecture durcit le ton envers le site de Fos-sur-Mer d’ArcelorMittal, située à une vingtaine de kilomètres de 
Marseille. L’usine du géant de l’acier implantée dans les Bouches-du-Rhône a connu dimanche dernier un nouvel incident, occasionnant des rejets de gaz dans l’atmosphère. Cette défaillance située au niveau de son alimentation électrique a engendré des perturbations en cascade chez plusieurs autres industriels installés dans le secteur. Deux sites pétrochimiques ont ainsi été contraints à des épisodes de torchages, soit l’action de brûler les rejets au lieu de les traiter.

Pour autant les mesures réalisées dans la foulée de cette pollution « n’ont pas montré de valeurs préoccupantes », a indiqué la préfecture. Mais le préfet considère que « des actions fermes doivent être engagées de nature à mettre un terme définitif à ces incidents répétés ».

Incidents à répétition

Un incident similaire s’était en effet déjà produit en 2018 à la suite duquel la préfecture avait notifié à l’industriel de mettre à jour son plan d’amélioration des installations électriques. Ce nouvel incident semble agacer d’autant plus la préfecture que, le 11 août dernier, elle avait déjà pris une série de mesures après plusieurs autres incidents. La Dreal mène des inspections sur place et, sur la base de ces résultats, une table ronde sera organisée autour des services de l’Etat.

Pour mémoire, ArcelorMittal a été condamné en juillet de cette année à 30.000 euros d’amende pour ses rejets.