Antibes : Un homme déféré pour « homicide sur conjoint » après la découverte du corps d’une femme dans un réfrigérateur

L’affaire qui s’est nouée pendant le week-end à Antibes (Alpes-Maritimes) est des plus sordides. Un Danois de 32 ans est soupçonné d’avoir tué sa compagne et d’avoir tenté de se débarrasser du corps en l’enfermant dans un réfrigérateur, à l’insu de deux amis à qui il avait confié la tâche de transporter l’appareil, défectueux selon lui, dans une déchetterie. Le trentenaire au profil particulièrement inquiétant a été déféré ce mardi matin en vue de l’ouverture d’une information judiciaire pour « homicide par conjoint » notamment, annonce le parquet de Grasse.

Des armes chargées, de la cocaïne et de la résine de cannabis ont été retrouvées à son domicile où un cadavre de chiot a également été découvert dans un congélateur. L’instruction est aussi lancée pour « détention d’armes et de munitions de catégorie B », « détention de produits stupéfiants » et « sévices graves ou actes de cruauté envers un animal domestique, apprivoisé ou captif ayant entraîné la mort ».

Un corps humain avec celui d’un chien

Ce sont en fait les deux hommes mis à contribution malgré eux dans cette très macabre combine qui ont permis de tout révéler. Samedi, alors qu’ils avaient pris la route pour se rendre dans une décharge, ils ont découvert le corps, ainsi que celui d’un autre chien à l’intérieur du réfrigérateur. Défavorablement connus des services de police, ils ont préféré contacter leur avocat qui a tout de suite appelé la police.

Devant les enquêteurs, ils ont expliqué avoir senti une odeur très forte qui se dégageait de l’appareil cadenassé. « Alertant leur ami, ce dernier indiquait qu’il avait tué un chien et déposé le cadavre dans le réfrigérateur. Les deux individus avaient ensuite décidé de briser le cadenas et découvert alors la dépouille d’un chien ainsi qu’un corps humain », relate le parquet de Grasse, qui précise : « les éléments de l’enquête confortant leur version des faits, leurs gardes à vue étaient levées » dimanche après-midi.

Il n’avance « aucune explication »

Le temps de procéder à l’arrestation du principal suspect, interpellé par le Raid à son domicile très tôt dans la matinée. Pour le moment, cet homme de nationalité danoise n’aurait donné « aucune explication quant aux circonstances des faits » et « son examen psychiatrique conclut à son entière responsabilité pénale », selon le parquet. L’autopsie du corps, réalisée lundi, a révélé une blessure crânienne causée par un coup de feu.

La détention provisoire a été requise par le parquet de Grasse. Il précise par ailleurs que le mis en cause s’était déjà retrouvé une première fois en garde à vue, le 8 septembre de cette année, pour « des faits de mauvais traitement à un animal ».