Angleterre – Croatie : Les courbes se sont croisées depuis 2018, les Anglais étaient trop forts

Raheem Sterling a donné la victoire à l’Angleterre chez lui à Wembley — Paul Chesterton/Focus Images Ltd/SIPA
  • L’Angleterre a battu la Croatie 1-0.
  • Les hommes de Southgate prennent ainsi leur revanche sur leurs bourreaux en demi-finale de Coupe du monde.
  • Preuve que les Anglais ont franchi un cap et les Croates baissé d’un ton.

A Wembley,

C’était donc plus qu’une impression. Lorsque les Bleus avaient retrouvé la Croatie en Ligue des nations et aussi insignifiante que puisse être cette compétition, les coéquipiers de Luka Modric semblaient glisser sur une pente savonneuse à quelques mois de l’Euro. La tendance s’est confirmée à Wembley, dimanche après-midi, où l’Angleterre s’est certes imposée par la plus petite marge (1-0) mais a aussi démontré tous ses progrès depuis son élimination en demi-finale par cette même équipe trois ans plus tôt. Autrement dit, les courbes se sont croisées, et pas qu’un peu.

Il n’aura pas fallu attendre avant de comprendre vers où nous mènerait cette partie. A peine a-t-on eu le temps de baver devant l’architecture de Wembley et de s’amuser du retour des supporters anglais torse nu en tribunes que Phil Foden envoyait un message sous forme de frappe sur le poteau de Dominik Livakvic (5e) après un bon service de Sterling et avec la collaboration de la défense croate qui aura bien mérité le savon de son sélectionneur, Zlatko Dalic, en conférence de presse : « on a encaissé un but sur une erreur de notre part qui m’a mis en colère. C’était exactement ce qu’on ne devait pas faire en défense, parce qu’on sait que c’est le type d’espace que Sterling et les autres aiment exploiter. »

La jeunesse anglaise à son top

Il y a effectivement de quoi enrager. Sur l’ouverture du score de Sterling, ce dernier se retrouve seul dans un gouffre entre les deux centraux complètement perdus devant les déplacements du buteur et le service de Kalvin Philipps, qui venait de traverser le milieu croate comme Moïse. La performance du milieu de Leeds – qu’on connaissait peu – n’a d’ailleurs pas échappé à Gareth Southgate, qui a compté au moins « deux passes de top niveau dans le dos de la défense » croate.

La présence du zadiste dans l’entrejeu anglais constitue l’une des grandes nouveautés du onze de Southgate par rapport à celui de 2018 (où figuraient les Lingard, Alli et même Young) de même que celles de ses compères Rice et Mount. Gros power-up pour l’Angleterre dans ce secteur, tant ces trois-là y ont été pour beaucoup dans le siège du bloc croate, victime de sa ligne de récupération exagérément basse. Là encore, le sélectionneur anglais ne tarit pas d’éloges.

« On a réussi ce qu’on voulait dans le pressing. On savait qu’on devait être au rendez-vous physiquement, et les milieux ont beaucoup aidé la défense. »

Mieux que ça, les Three Lions ont montré de gros progrès dans la gestion du match contre un adversaire dont la conservation de balle est la grande force – enfin surtout celle de Luka Modric. Et ce sont eux qui terminent d’un cheveu devant la Croatie en termes de possession.

La Croatie n’a plus les jambes

On évitera tout de même de trop regarder les stats ce soir. Oui, les deux équipes finissent avec 8 tirs dont deux cadrés chacun, mais les tentatives des finalistes du dernier Mondial n’ont jamais été dangereuses, là où celles des Anglais, même non cadrées, étaient des presque buts (en plus du poteau de Foden Mount a failli nettoyer la lulu sur un amour de coup-franc). « On a presque réussi à prendre le contrôle du match, mais pas suffisamment, surtout sur le plan offensif », confirme Dalic. Dimanche, il y avait trop de déchet et pas assez d’idées ni de combinaisons ou de courses sans ballon pour désorganiser le bloc anglais hyper discipliné.

Ah, si, il y a bien un chiffre qu’on accepte de regarder ce soir. Les Anglais ont couru cinq bornes de plus que cette Croatie vieillissante. Son temps serait-il passé ? Dalic refuse le fatalisme : « nous gardons beaucoup d’optimisme, nous avons le droit de rester optimistes pour essayer de faire ce qui est notre objectif : se qualifier pour le tour suivant. » Même dans les ambitions, il y a désormais un cran d’écart entre les deux formations. Mais plus dans le même sens.

0 partage