Alsace : C’est quoi ce système de plinthes chauffantes qui promet des économies d’énergie ?

« On peut aussi mettre de la lumière dedans, ou même des enceintes. Et là, j’ai laissé de l’espace pour passer des câbles… » Ses plinthes chauffantes, Fabien Hullar en parle facilement des heures. Voilà presque vingt ans que cet Alsacien, « Lorrain de naissance mais je n’aime pas trop le dire ! », les a découvertes au cours d’un voyage en Amérique du Nord. « Au Canada, 50 % des logements en sont équipés et ça va jusqu’à 30 % dans certains états américains, les plus froids. Ça marche aussi pas mal dans les pays scandinaves, et l’Allemagne y vient. »

En quoi consiste ce fameux système ? « C’est comme si on coupait un radiateur en bandes de façon à ce que la chaleur émise soit mieux répartie », répond le patron d’Ecomatic, la seule entreprise française qui fabrique ce produit, à Hoerdt (Bas-Rhin). Ses plinthes en aluminium, de toutes les couleurs possibles, sont plus hautes (15,5 cm) et plus larges (3 cm) que les classiques. Car à l’intérieur, un système de chauffage y est donc installé, avec tuyaux et résistances. Auquel peut-être raccordé n’importe quelle source de chaleur (chaudière, pompe à chaleur etc.), ou tout simplement le courant.

« Il existe trois modèles de plinthes : hydrauliques, électriques et hybrides », reprend « l’audidacte passionné » de 59 ans, dont plus des quinze dernières à tenter d’améliorer son produit. « Dans la première version, j’avais mis des ailettes mais on m’a fait remarquer que ça faisait des cliquetis. Depuis, j’ai réfléchi, déposé pas mal de brevets et aujourd’hui, tout fonctionne avec une installation facile, presque en Lego. »

Les plinthes, en aluminium, peuvent être réalisées de toutes les couleurs possibles. Des enceintes ou de la lumière peuvent même y être intégrées.
Les plinthes, en aluminium, peuvent être réalisées de toutes les couleurs possibles. Des enceintes ou de la lumière peuvent même y être intégrées. – T. Gagnepain / 20 Minutes

Surtout, Fabien Hullar promet un confort amélioré et un coût énergétique réduit avec ses installations. « Plus on étale la chaleur dans la pièce, meilleure elle sera. Là, on installe sur les murs les plus froids et la diffusion va être homogène, explique-t-il. Partout, on aura le même ressenti. Ce n’est pas le cas avec un radiateur où la chaleur monte plus vite car elle vient d’une source plus concentrée. Résultat, on monte le thermostat pour avoir chaud si on en est loin. Là, vous demandez 21°C, vous avez 21°C partout. Ça va permettre de baisser de 3 degrés pour le même confort. » D’où une potentielle facture réduite…

« Ça n’intéresse pas les chauffagistes et les électriciens »

Mais alors, pourquoi la majorité des logements ne sont aujourd’hui pas équipés de plinthes chauffantes ? Le système, qui permet un gain de place, est certes récent mais peine à trouver sa clientèle. Depuis 2006 et la création d’Ecomatic, son fondateur revendique « 14.000 installations », soit moins de 1.000 par an. Son catalogue le prouve, elles peuvent avoir lieu partout : dans des programmes neufs, dans des appartements haussmanniens, dans des châteaux ou des maisons alsaciennes traditionnelles…

Ecomatic possède de nombreux clients parisiens, comme ici pour cet appartement de type haussmanien.
Ecomatic possède de nombreux clients parisiens, comme ici pour cet appartement de type haussmanien. – Ecomatic

« Mon plus mauvais public, ce sont les chauffagistes et les électriciens. Ça ne les intéresse pas car ils sont habitués au chauffage classique ou au plancher chauffant », reprend Fabien Hullar. « Mais les architectes et les bureaux d’études me connaissent. Dernièrement, on a encore équipé les bureaux de grandes marques de luxe à Paris. Les particuliers, eux, représentent 30 % de mes commandes et aucun ne regrette ! »

Le tout, quand même, à un coût supérieur au classique chauffage mural blanc. « C’est sûr que pour une chambre de 12 m², vous pouvez en trouver un à 100 euros quand je vais proposer un devis à plus de 1.000 euros. Mais je ne vends pas un prix, plutôt une solution. » Différente encore des planchers chauffants où le moindre problème peut être synonyme de casse toute entière.

L’entrepreneur en est convaincu : ses plinthes chauffantes sont un marché d’avenir. Il espère dépasser « le million d’euros de chiffre d’affaires cette année » et se dit prêt à produire « pour 20.000, 30.000 installations par an demain s’il faut ». Bien loin de ses premiers pas avec son produit. « Au début, tout le monde se foutait de ma gueule… Ma première commande, c’était un client qui me trouvait sympathique et m’avait pris pour équiper ses toilettes. Finalement, on avait fait la maison en entier ! ».