Alpes-Maritimes : Le département en « alerte sécheresse », des restrictions sur l’eau dans 98 communes

La situation n’est pas encore « critique » mais elle est vraiment préoccupante. Après une saison de « recharge en eau » déficitaire de 48 % par rapport à la normale, la préfecture a placé jeudi plus de 2/3 des communes des  Alpes-Maritimes, dont Nice, Antibes ou encore Menton, en « alerte  sécheresse » avec tout un lot de restrictions, sur l’arrosage et le remplissage des piscines notamment.

En clair, de septembre à mars, sur les sept mois les plus propices à refaire le plein des nappes phréatiques, il n’est tombé que 357 mm de précipitations, contre 685 mm d’habitude en moyenne. « C’est la deuxième fois depuis que le début de nos relevés, en 1959, que l’on atteint de tels niveaux, expose Cécile Guyon, responsable prévision et climatologie de Météo-France pour le Sud-Est. Le précédent date de la saison 1989/1990. »

L’ouest du département encore préservé des restrictions

Résultat, « dans les bassins-versants du Var, de la Roya, du Paillon et de la Brague, les mesures effectuées ont montré des débits inférieurs aux seuils critiques », précise Pascal Jobert, le directeur départemental des Territoires et de la Mer. Pour le moment, ceux de la Siagne, de la Cagne, du Loup et de l’Estéron ne sont pas concernés.

A l’ouest du département, le bassin cannois est donc, à ce stade, préservé des restrictions, même « s’il est important d’observer un comportement économe un peu partout », appuie le responsable de la préfecture.

L’ensemble du département des Alpes-Maritimes avait d’abord été placé en « vigilance » le 9 mars. Après un mois de janvier sans une seule goutte de pluie à Nice et un taux d’humidité des sols jusqu’à 40 % inférieur à la normale, plusieurs départs de feux de forêt ont d’ailleurs nécessité de gros moyens ces derniers jours. Plutôt inhabituels aussi précocement dans l’année.

Des prévisions météo toujours pas favorables

Et la situation ne s’est donc pas améliorée malgré la pluie tombée mercredi. Et elle ne s’améliorera pas spécialement dans les semaines à venir, selon les prévisions de Météo-France.

Dans les 98 communes désormais en « alerte sécheresse », l’arrosage est interdit entre 9 h et 19 h. Tout comme le lavage des véhicules et des voiries, le remplissage des piscines et spas privés ou encore les jeux d’eaux. Et les contrevenants s’exposent à des contraventions de 5e classe, soit jusqu’à 1.500 euros. « Les services de police, de gendarmerie et également de l’Office français de biodiversité seront chargés des contrôles », font savoir les services de l’Etat dans le département.

L’arrêté publié jeudi est valable jusqu’au 30 avril mais pourrait être étendu voire durci d’ici là, y compris par les maires des localités concernées eux-mêmes.